4. Le pacte (1)









- « Oh la la désolée du retard... »


Anjana lève les yeux et aperçoit son amie qui trottine dans sa direction. Elle sourit avec affection et la rassure :


- « C'est moi qui te présente mes excuses Destinée, je t'ai prévenue 
un peu au dernier moment. »

Elles tombent dans les bras l'une de l'autre et se serrent contre leur cœur.




- « Oh tu m'as manqué ma copine.
- « Toi aussi. Merci pour le petit mot dans ton émission... J'étais très touchée.
- « Oh ne m'en parle pas ! Ça m'a hyper émue de voir ce gamin dans mon émission. Ça m'a rappelé le bon vieux temps avec toi et Evangéline. On est toutes si loin maintenant... »



- « Oui alors ne commence pas comme ça parce-qu'on va se mettre à pleurer toutes les deux avant même d'arriver au café. »


Destinée part d'un rire de gorge dont elle a le secret et répond :


- « Ha c'est terrible ! J'ai l'impression que plus je vieillis et plus je deviens émotive ! »


Son amie lui sourit avec tendresse :


- « Allez viens, quitte à se laisser aller qu'on puisse se désaltérer au moins ... »



Destinée part à sa suite et prend le temps d'observer Anjana. Malgré sa bonne humeur apparente, elle la sent préoccupée. Pourquoi sinon cet appel matinal pour qu'elles prennent un café dans la journée alors que cela fait des semaines, peut-être même quelques mois, qu'elles ne se sont pas vues ? Cela ne ressemble pas à son amie et l'inquiète. Elle essaie de ne pas tirer de conclusions hâtives mais elle ne peut s'empêcher de penser à son fils et Nadia. Même si Fabien ne lui a rien dit, il n'a pas besoin de parler pour qu'elle sache que le couple qu'il forme avec la fille de sa meilleure amie est en difficulté. Est-ce-qu'Anjana est là pour les préparer à la rupture, elle et Fabien ? Son cœur se serre à cette idée et prie le ciel pour que ce rendez-vous impromptu soit simplement une occasion pour deux vieilles amies de passer un peu de temps ensemble.





La discussion va bon train mais Destinée a l'impression qu'Anjana évite soigneusement de parler de Nadia. Au bout d'un moment elle ne tient plus et demande :


- « Bon Anjana, tu vas finir par me dire pourquoi tu voulais qu'on se voit aujourd'hui ? Je sais pertinemment que tu veux me parler de quelque chose mais que tu n'oses pas. Alors vas-y, je t'écoute. »



Destinée soupire de dépit devant l'expression de l'interrogée : c'est toujours la même quand on la prend la main dans le sac.


- « C'est Nadia et Fabien c'est ça ? » demande-t-elle pour l'encourager.

- « Non ! Non... Il ne s'agit pas d'eux. C'est... »


- « J'ai un service à te demander. Et je ne sais pas si tu seras en mesure d'accepter...

- « Mais enfin Anjana demande toujours ! Tu sais bien que je ferai le maximum...
- « Oui oui... Mais ça me gêne un peu...
- « Anjanaaaaa...
- « Oui bon voilà... Je suis très embêtée... Je n'ai pas vu Evangéline depuis des lustres, Corey n'en parlons pas... Du coup je n'ose pas... Je... Je voulais savoir si... Enfin...
- « Viens-en au fait ma chérie. »



- « Oui bon... Il me faut absolument la photo de Corey. Celle où on le voit enfant avec une de ses amies. »


Destinée fronce les sourcils :


- « Mais... pourquoi faire ?

- « … La petite fille... C'est le portrait craché de Nadia au même âge.
- « Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire. Parce-que si elle se ressemblent... Qu'est-ce-que cela peut bien faire ?
- « Ce n'est pas une ressemblance, Destinée. Si tu m'avais présenté la photo sans le contexte, j'aurais juré qu'il s'agissait de Nadia.
- « … Et ?
- « Eh bien... Si c'est bien ce que je crois, j'aimerais vraiment parler avec Corey de son amie... Mais avant de l'importuner, je voulais vérifier la photo... Parce-qu'après tout, c'est passé très vite...
- « Si ce n'est que ça, il suffit de regarder sur internet, elle est partout. »



- « Ah bon ?

- « Oui. Les fans de Corey se sont improvisés détectives et la recherchent activement. Tape « Corey » sur ton téléphone, c'est la première chose qui sortira dans « Actualités ». »

Anjana vérifie aussitôt et une vague de nostalgie lui saisit la poitrine tandis qu'elle aperçoit le cliché. La ressemblance est époustouflante. Elle en est certaine : Nadia et cette gamine sont de la même famille.


- « Alors ? C'est ce que tu cherchais ?

- « … Ou... Oui. C'est incroyable. Quand je vois cette photo, ça me rappelle tout ce qu'on a vécu. Tout le chemin parcouru...»

Destinée fronce les sourcils et marque une petite pause avant de demander : 


- « Et donc... Je ne comprends toujours pas. De quoi veux-tu parler avec Corey ?»


Son amie pousse un soupir résigné : 




- Je sais que je t'avais promis de tout t'expliquer. Je le ferai. Je te le promets. C'est juste qu'il est encore trop tôt. Et si je veux vous protéger de cette histoire, je ne peux pas tout vous dire. 



Anjana hésite. Daniel a été très clair : elle ne doit pas se mêler de leur passé. Seulement, Nadia souffre. Et de cela, Anjana n'en peut plus. Cela fait trop longtemps maintenant que cette histoire dure. Elle est persuadée que Daniel fait son maximum, mais cela ne suffit plus. Elle ne peut plus regarder sa fille avancer à reculons dans sa vie, le regard obstinément tourné vers le passé. 


« ... Je ne peux pas tout t'expliquer, encore, trop de choses m'échappent. Ce que je peux te dire, c'est que Nadia s'est fermée à moi, à nouveau. Elle ne dit rien, mais je sais qu'elle cherche des réponses à ses questions sur son abandon et elle n'avancera pas dans sa vie tant qu'elle ne les aura pas trouvées. Cette fille, l'amie de Corey, j'en suis persuadée, est au moins une partie de la solution. 

« ... Anjana. Chérie. Elle est adulte.
- « Elle est seule. Tu l'as vu comme moi, cette histoire est en train de ruiner sa relation avec Fabien. Fabien à qui on ne peut reprocher, après tout ce temps, d'être fatigué de reporter année après année ses projets de vie. Je vois bien qu'ils ne se parlent plus comme avant. Alors il lui reste qui ? Nadia a toujours été un être solitaire... En dehors de son frère, ...
« Ils ne se sont pas réconciliés depuis qu'il est revenu ?
« ... Non. Il y a beaucoup de rancœur entre eux. Les différents qui les opposent les empêchent de tourner la page.
« C'est triste. Tellement dommage aussi, car finalement, ils s'en sont sortis...
« Oui. Mais pas ensemble. Et c'est d'autant plus rageant quand tu sais ce qui les liait quand ils étaient enfants... Si tu les avais vus quand ils sont arrivés... Enfin Nadia surtout... Avec ses vêtements déchirés... »


- « ... Ses chaussettes dépareillées...  Vraiment, on avait l'impression qu'elle vivait dans la rue. Je les ai beaucoup observés tous les deux. Son frère était plus présentable et semblait exercer une autorité bienveillante sur elle. Tout le temps de nos présentations, de nos premières discussions, il tenait le rôle parfait du grand frère protecteur, faisait preuve d'une très grand politesse, ça se passait vraiment très bien. Et puis on a discuté quelques minutes entre adultes, et mon œil a a capté une expression de Nadia. J'ai vu comme elle regardait son frère... »


- « … Elle avait un regard inquiet... Mais pas inquiet pour elle, non... Inquiet pour lui. Elle se faisait du soucis pour lui. » 


- « À cet instant je me suis demandée qui veillait sur qui. Daniel est ensuite sorti de ses pensées et je l'ai vu littéralement mettre un masque. »


- « Un masque confiant et rassurant qui semblait avoir glissé quelques secondes avant d'être remis en place. Si tu savais comme mon cœur s'est serré quand je l'ai entendu lui parler... Il était si doux... si bienveillant... J'ai instantanément compris qu'ils étaient tout l'un pour l'autre. »


- « A tel point que quand Daniel s'est levé pour dire au revoir à l'assistante sociale, Nadia a littéralement bondit de son siège en sursautant, comme effrayée, comme s'il allait la laisser là. Son angoisse était terrible à voir. »


- « Une fois Nadège - l'assistante sociale - partie, je les ai vus à travers la vitre. »



- « C'était l'amour le plus pur que j'avais vu jusque là. Je me souviens en avoir pleuré et avoir remercié le ciel de me donner l'opportunité d'aider ces enfants. Mais ça... c'était avant que tout ne bascule. »


- « Avant que Daniel ne parte sans prévenir le jour de son anniversaire, sans même avoir soufflé ses 18 bougies. Alors même qu'il avait été convenu qu'il reste encore quelques temps. À peine un mot, pour nous remercier de ces 5 années passées ensemble, nous expliquant que la procédure d'adoption de Nadia était lancée et qu'il avait confiance en nous pour prendre soin d'elle, pour dire aussi qu'il était désolé de ne pouvoir s'expliquer mais qu'il le ferait à la première occasion. »



- « Je crois que Nadia a failli mourir de chagrin. Ça a été très dur. Elle a fini par remonter la pente, comme tu le sais, mais c'est comme si elle avait grimpé à mains nues... »


- « L'adolescence a cueilli une enfant écorchée vive. »

Anjana voit son amie pousser un soupir. Elle aussi se souvient. C'est à peu près à cette époque qu'elle est arrivée dans le quartier avec son mari et son fils.


Les deux femmes restent silencieuses, se repassant l'une et l'autre le film de ces quelques années.


Le vagabondage, les vols à l'étalage, les outrages à agent... Cela avait été l'enfer. Et puis Nadia avait commencé à se mettre en danger, en provocant les mauvaises personnes.

Le fils Oruscant avait été celui de trop. Mais paradoxalement, c'est celui qui avait débloqué la situation. En s'en prenant à Nadia, il avait actionné la commande d'un aiguillage qui a bouleversé la trajectoire existentielle des adolescents impliqués dans cette affaire. 



Ainsi, deux destinées qui n'étaient pas vouées à se rencontrer ont été propulsées en orbite...


Avant d'entrer plusieurs fois en collision...






Et de bousculer le cortège alentour.



Mais tout le monde finit par trouver sa place, pas vrai ?





Du moins, Anjana en avait été persuadée.



Elle aurait pu parier tout ce qu'elle avait sur eux, sur ces deux êtres qui avaient tant donné pour être ensemble.
Elle soupire.

Destinée sort de sa rêverie et demande : 

« A quoi tu penses ?


 Les yeux rivés sur l'écran de son téléphone qui affiche la photo de Corey, elle répond :


« A leur premier vrai baiser. À ma petite sauvage qui enfin acceptait d'être aimée par quelqu'un d'autre que son frère, quelqu'un qui aurait pu la sortir de ce guêpier si...

Le regard s'éteint et la mâchoire se crispe : 

-  « ... Si ce sale type de Gerold n'avait pas mis son grain de sel.
« Gerold... Jérôme Gerold ? Le policier ? Celui qui a mis mon fils en garde à vue ? Celui qui a manipulé Nadia dans l'affaire du gamin Oruscant ?
« Oui.
« Qu'a-t-il à voir là-dedans ? Et qu'est-ce-qu'elle fiche avec lui ?

Anjana soupire.

« Je ne sais pas encore. Nadia a botté en touche à chaque fois que je lui ai posé la question en prétextant que c'était le hasard. Mais elle ne sait pas qu'il m'a avoué, pour me provoquer, qu'il enquêtait sur la disparition de ses parents. Donc je ne suis peut-être pas la plus maline, mais même pour moi le retour de Nadia à Oasis Springs sous le commandement de Gerold n'a rien d'une coïncidence. Ce type est un pervers et un manipulateur. Il faut. Que je. La sorte. De là.
« Ce que tu me racontes est quand même hyper inquiétant...


 - « Je sais bien. Tu comprends mon inquiétude, maintenant ?
« Bien sûr... Je ne comprends toujours pas les tenants et les aboutissants mais c'est évident qu'on ne peut pas la laisser se faire retourner le cerveau par Gerold. Ça ne peut que mal finir.
« Tu vas m'aider ?
« Je ne suis pas sûre de t'emmener bien loin mais si tu as besoin d'un alibi pour renouer avec Corey par l'intermédiaire des Gotha tu peux compter sur moi.
« Merci Destinée, ça veut dire beaucoup pour moi.
« Mais je t'en prie ma chérie. On est là pour s'entraider... Tu sais comment tu vas faire ?
« ... Je n'en ai absolument aucune idée.
« Bon. Ecoute. L'émission est une aubaine. Invite-nous tous : les Gotha, nous, Nadia et Fabien. Tire la corde de la nostalgie, et cale une date sur les dispos de Corey. Je ferai la conversation à Evangéline et Arthéon pendant que tu lui parleras.
« Oh Destinée c'est une super idée !
« J'espère que tu obtiendras ce que tu cherches...
« Moi aussi...
« Bon... Ne m'en veux pas mais.... je suis très en retard...
- « Oh la la pardon j'avais dit juste un café...
- « Ne t'en fais pas ma chérie, je suis vraiment contente qu'on se soit vues. »

Elles se lèvent, se serrent dans leurs bras et Destinée ajoute : 


« Ça va bien se passer. On va remettre ton petit caneton dans la file.

« Pourvu que tu dises vrai...


- « Mais oui... et n'hésite jamais d'accord ? Donne-moi encore des coups de fil impromptus. Mais la prochaine fois, annonce-moi la date de leur mariage ou la grossesse de Nadia d'accord ? »


- « Je vais faire mon maximum. J'ai tellement hâte de voir leurs petits ! Et puis on aura des bébés en commun ce sera trop chouette ! »



Destinée rit et dépose un gros bisou sur la joue de son amie :

- « Tu me manques. On se voit bientôt. Bisou ma copine. »



***







- « Elle était là tout ce temps... sous notre nez... »

Victor Lalouche enrage. Personne n'aime être berné, mais lui, si intelligent, ça le rend fou. Son frère Lazlo croit bon d'ajouter :

- « On la cherchait ailleurs. Juan Magnolia nous a mené par le bout du nez.
- « Si c'est pour dire des évidences comme ça tu ferais mieux de te taire. Et arrête avec ce sourire idiot, abruti. On a laissé dans la nature un sujet viable qui vaut des millions et toi tu souris comme un con. »

Le benjamin de la fratrie a l'habitude des insultes et n'en fait plus tellement cas, si bien qu'il persiste et signe : 

- « Je souris parce-qu'après toutes les pertes que l'on a eues, on a un spécimen vivant qui s'est développé en toute autonomie. Le sujet est viable ET autonome.
- «  ET DANS LA NATURE. Si jamais cela s'ébruite, on risque d'avoir de sérieux ennuis avec nos investisseurs.
- « Ils savaient déjà que Delta-21 était en fuite. Hayden étant le seul Delta survivant, les chances qu'elle soit en vie, en dehors du centre qui plus est, étaient extrêmement faibles. Victor c'est extraordinaire, dans tous les sens du terme. Et puis je suis surpris que tu ne sois pas plus enthousiaste que ça... C'est une femme, maintenant. On sait qu'Hayden est fertile... »

Victor se fige et lève les yeux vers son frère. Un instant excité à l'idée d'entamer de nouvelles recherches, il revient rapidement sur Terre quand il se rappelle que le spécimen en question est toujours porté disparu.

- « Encore faudrait-il qu'on mette la main dessus.

- « Est-ce-qu'on fait rentrer Hayden ?
- « Pas maintenant. Il est plus utile là où il est. Je vais contacter Overcast pour qu'elle nous vieillisse la gamine et la recherche. Faut que je réfléchisse à un moyen d'approcher le gamin.
- « Dina Caliente ne pourrait pas nous donner un coup de main ?
- « Trop vieille. T'as regardé l'émission ? Il nous faut une minette.
- « Héra ?
- « … Peut-être... Mais elle manque d'expérience... On peut lui demander de se faire une place au sein de la communauté des fans de... du chanteur là...
- « Il s'appelle Corey Gotha. Victor... Elle en fait déjà partie.
- « Ah. Parfait. Bon. Vas lui parler. Parce-que si c'est moi elle va me prendre la tête. Trouve-moi un moyen d'approcher le chanteur. Je m'occupe de Delta-21.
- « Et tu as pensé à Beta-15 ? »

L'aîné des deux frères se fige à nouveau. Beta-15 avait disparu en même temps que Delta-21, mais les caméras de surveillance avaient montré que les 2 sujets n'avaient pas emprunté la même direction. Le temps passant, s'il pensait la Delta avec son père, il s'était persuadé que la Beta avait du faire une mauvaise rencontre. Une gamine toute seule, perdue entre Strangerville et les Terriers, n'avait pas beaucoup de chance de s'en sortir. Et comme la police ou les services sociaux ne l'avaient pas retrouvée non plus...

- « Je ne sais pas. Jusque-là j'étais persuadé qu'elle était morte. Et puis c'était la dernière survivante de son lot donc ce ne serait pas étonnant qu'elle n'ait pas survécu... Néanmoins... Delta-21 nous prouve qu'on ne peut jurer de rien... Ça nous arrangerait bien qu'elles soient ensemble, tiens... Mais pour le savoir, on doit retrouver Delta-21. On fait comme j'ai dit. »


Les ordres étant donnés, le petit soldat qu'est Lazlo – bien qu'il s'en défende – prend congé. Victor réfléchit à toute allure mais seules des questions viennent à lui. Agacé, il décide de passer à l'action.

Client 2544

J'ai du travail pour vous.

… … ...

0v3rca5t

Tarif Gold. Overbooké.

Client 2544

Accepté. C'est urgent.

Envoi de la pièce jointe... … …

0v3rca5t :

Bien reçu. Mission ?





***








L'orage quitte péniblement Oasis Spings, laissant la ville dans une atmosphère lourde et humide. 

Une sensation de pesanteur qui s'infiltre chaque minute un peu plus, à chaque nouveau mètre qui le rapproche des Terriers, au travers de sa peau, son nez, sa gorge, une poisse qu'il ressent jusqu'au plus profond de son être. 
Ce quartier lui a tout pris ; sa famille, son premier grand amour, ses principes et sa dignité. Mais il a su garder une chose qui lui permet de mettre un pied devant l'autre : son entêtement à refuser d'avoir tout sacrifié pour rien.




A l'approche de L'O'Mé - pour L'O'Meara Bar - comme à chaque fois, sa mâchoire se crispe. Il a tellement de mauvais souvenirs à cet endroit... Mais surtout, le pire de tous : celui qui l'a vu passer du statut de victime à celui de criminel.



Quand il avait fait ce choix, il s'était dit que mettre une partie de sa vie entre parenthèses était un prix raisonnable à payer pour apporter justice à sa famille. Ce qu'il n'avait pas anticipé, c'était le monstre qu'il allait devoir devenir pour exécuter les basses besognes inhérentes à sa nouvelle condition.

Il n'avait pas anticipé non plus que le franchissement de la ligne condamnait de facto toute possibilité de faire machine arrière.

Il avait senti le danger, pourtant, dans les yeux fous de Jane O'meara. 


Mais l'engrenage enclenché, il n'avait plus été question de penser et un long processus de déconstruction avait commencé sous la direction de l'aînée des filles O'Meara.


Jane, 33 ans, avait perdu une petite sœur lors de l'Epidémie du Berceau. Ses parents étaient à l'origine du mouvement de révolte qui avait accueilli les corps et les âmes endeuillés par le même drame et mus par le même désir de vengeance.
Une guerre clandestine impitoyable avait alors éclaté entre la milice du laboratoire et la CLOES. CLOES pour Communauté pour la Lutte contre l'Oppression et l'Esclavagisme au nom de la Science, mais surtout pour Chloé, la première victime, petite sœur des jumelles Jane et Sharon O'Meara.


Jane et Sharon. L'ombre et la lumière. Celle qui déteste, et celle qui aime. Une qui a tout fait pour le tuer, l'autre pour le garder en vie.











Oui. Il a une dette envers Sharon. 



Une dette qui le hante depuis cette promesse : 


« Je ne laisserai plus rien de mal t'arriver. »


Un contrat moral implicite qu'il a fait semblant d'honorer, tant bien que mal...



Avant de le trahir pour de bon. Avant de se rendre compte que ce qui lui était demandé était au dessus de ses forces, qu'il lui restait une limite qu'il ne pouvait dépasser. La dernière certainement...






Mais l'ultime infranchissable.

Et quelle sérénité peut-on ressentir lorsque l'on a rompu un pacte avec le diable ?







Commentaires

Eulaline Lol a dit…
Quel chapitre, encore ♥
L'inquiétude d'Anjana c'est tellement émouvant :/
C'est avec plaisir que je lis que Daniel et Nadia se sont 'retrouvés' (et une pointe de jalousie aussi, j'aurais bien aimé le vivre "en direct")
J'ai trouvé tellement touchant cette réflexion d'Anjana aussi qui décrit l'amour que partage Nadia et Fabien et cette idée que je partage avec elle, tout était à sa place ainsi. Malheureusement, Nadia est Nadia et Nadia ne peut être sereine tant qu'elle n'aura pas creusé et remué tout ce qui est à remuer :/ Avec "l'aide" de Gérold, elle n'est pas sur le point de laisser tomber. J'avoue que je ne pose pas le même regard, sur le coup et exceptionnellement, qu'Anjana sur Gerold (même si oui, il est manipulateur mais je ne sais pas, pour moi c'est quelque part quelque chose que je peux admettre et comprendre d'un homme comme lui) Affaire à suivre...

Après ce passage doux, à l'air libre, entre deux amies qui complotent pour le bien de leurs canetons, on se retrouve asphyxié par la non-humanité des Lalouche :/ Découvrir cette déshumanisation qui est la leur m'a fait froid dans le dos. Cela semble tellement réel et horrible.
Pauvre Silvia, cette jeune fille si sensible n'est qu'un sujet ... *coeur serré, brisé en mille morceaux*
Toutes ces victimes qui ne sont que des lettres et des nombres.
Et paf! Dan, mon chouchou. Et retour en enfer, retour en arrière pour celui qui ne le peut déjà plus.

J'ai adoré.
J'aime tout.
Les personnages ♥
L'intrigue ♥
L'ambiance ♥
Les images ♥
Les pièces qui s'imbriquent les unes dans les autres, où tout trouve sa place. Quel régal pour une lectrice pour moi. Merci Merci et hâte déjà de découvrir la suite :p
Agathe2013 a dit…
Eh bien ! C'était... intense.
J'aime beaucoup la façon dont tu amènes les évènements passés pour les insérer dans l'instant présent. Cela permet de nous en rappeler ou de mieux comprendre tout ce qui c'est passé.
Ah Anjana et ses petits poussins ♥ Toujours mère poule même quand ses protégés ont quitté le nid. Malheureusement, je crois qu'elle aura encore du soucis à se faire.
Et pour Nadia, je ne suis pas sûre qu'elle se laisse distraire de sa quête. Elle a trop perdu plus jeune pour lâcher maintenant. Même au prix de l'amour de Fabien. Enfin, c'est ainsi que je la vois.
Dan et Sharon. Une relation assez particulière on dirait bien, même si on ne connaît pas encore les tenants et les aboutissants. Je me demande bien ce que lui a demandé Sharon et ce qu'il ne peut accepter. La réponse au prochaine épisode peut-être ?

Et maintenant venons au Mystère. A savoir les expériences qu'Oaz Corp a fait sur les nourrissons. C'est vraiment glaçant de les entendre parler ainsi des enfants. Des numéros, des sujets. Perte et profit. Ouais, pas très sympathique tout ça. Mais ouh, j'adore, j'adore, j'adore. J'ai vraiment hâte d'en savoir plus là-dessus.

C'est toujours aussi haletant et intéressant. Les personnes s'entrecoisent, l'histoire se révèle par pièce. C'est chouette ♥♥♥

.... Bon, et sinon, parlons sérieusement : il est où Sen ? XD
Mauy a dit…
Je ne vais pas redire tout ce qu'Eulaline et Agathe ont déjà dit, elles m'ont déjà tiré les mots du clavier...

Je voulais juste dire que j'aime beaucoup ta façon d'intégrer les flashbacks et autres souvenirs, ça nous permet de remettre en perspective tous les "Meet..." qui étaient pour le moins "énigmatiques" à l'époque, et c'est génial !

En ce qui concerne Dan Et Nadia, j'ai l'impression qu'ils n'ont jamais vraiment parlé d'après ce que dit Anjana. Rhalala ces 2 têtes de mules doublées de celles de cochons ! Tu me détromperas peut-être mais j'ai comme le sentiment qu'ils n'ont jamais dépassé le stade de l'empoignade et l'invective pour enfin arriver au coeur du sujet : les raisons du départ de Dan, le pourquoi du comment. Et c'est bien dommage, la fratrie aurait pu se retrouver et vraiment se soutenir...
Enfin bref, j'arrête, à chaque fois je pars dans mes élucubrations, sauf que c'est pas moi l'auteure, c'est toi !

Bon je retourne lire...
GGO a dit…
Eulaline : Tu sais, pour Nadia et Daniel, c'était plutôt un non événement. Il lui a redit, plus froidement, ce qu'il lui avait déjà dit. De garder son nez hors de tout ça... Mais comme ils sont aussi butés l'un que l'autre...

Pour Gerold on en reparlera, c'est sûr. De ce que l'on sait, c'est qu'il est quelqu'un de pragmatique. Il a un job à faire, les petits sentiments des uns et des autres, ça lui passe carrément au-dessus. Damian Oruscant était un violeur qui sévissait en toute impunité et il fallait l'arrêter. À tout prix. Il faut dire ce qui est, jouer sur les sentiments d'une gamine pèse très peu lourd sur sa conscience en regard du bénéfice qu'il comptait en tirer. J'avoue ne pas lui tenir rigueur à ce sujet. Mais ce n'est pas un personnage sympathique.

Anjana et Destinée, je les trouve tellement belles ensemble... <3

Je pense honnêtement que tu ne peux pas avoir l'empathie d'une personne "normale" dans la position où ils sont. Ils sont formatés par leur milieu, qui plus est. Je n'en ai pas encore parlé, mais dans mon esprit, ils descende d'une lignée de scientifiques, ils n'ont pas tout créé eux-mêmes. Donc bien sûr, idéalement, ils auraient du claquer la porte... Mais quand tu as grandi dans un milieu, quand tu es persuadé de faire une différence, je ne suis pas sûre que ce soit si évident, si facile de s'en détacher. Enfin... On verra cela :D

Merci merci merci <3


Mumu : Ça va, t'es pas trop déçue de n'avoir qu'aperçu Sharon ? 😬

Arf... Sen... Euh... Joker ? 😬

Merci beaucoup pour ton retour, non seulement ça me touche mais en plus ça m'aide. Je suis contente de voir que c'est compréhensible malgré le nombre assez important d'infos. <3

GGO a dit…
Mauy J'ai tellement de chance d'avoir des lecteurs comme vous. Vous percevez si bien ce que je veux faire passer. J'aime tellement vous voir reformuler tout ça avec vos propres mots, vos propres analyses.

Je suis aussi contente de lire que mes petits morceaux prennent bien leur place dans le récit. :D

Pour Dan et Nadia, tu as raison. Ils n'ont pas passé le cap. Comme je le disais à Eulaline il y a quelques minutes (nos messages se sont croisés), c'est un non événement. Il lui a répété, plus froidement, ce qui avait déjà été dit. Il n'a ouvert aucune porte. Reste Nadia, maintenant, qui essaie de passer par la fenêtre. ^^"

Merci beaucoup. <3
Fanfani a dit…
*reprend sa respiration post lecture en apnée*
Chaque pièce du puzzle s'imbrique magnifiquement avec les autres, entre nouvelles révélations et retours sur le passé, c'est de la dentelle !
Encore une fois l'ascenseur émotionnel a été à son comble: j'ai fondu devant la tendresse et l'inquiétude d'Anjana et Destinée pour leurs ouailles, j'ai serré les dents pour Nadia et Fabien parce que leur couple ne pourra jamais n'être qu'un couple, j'ai essayé de reconsidérer les choix de Dan prisonnier de sa colère, j'ai fusillé les frères Lalouche du regard, à deux doigts de planter un couteau dans mon écran pour qu'ils ferment leurs bouches...

Ça valait vraiment le coup d'attendre...
Eulaline Lol a dit…
GGo,

"pour Nadia et Daniel, c'était plutôt un non événement"
C'est bien, tu es pardonnée dès lors :o

"Pour Gerold"
Nous partageons la même vision de cet homme. Cela me plaît.

"Mais quand tu as grandi dans un milieu, quand tu es persuadé de faire une différence, je ne suis pas sûre que ce soit si évident, si facile de s'en détacher."
Ma fille te répondrait que ma naïveté légendaire ne peut pas être en adéquation avec cette affirmation :D
Et je sens que p'têt' bien que j'aurais raison : "Enfin... On verra cela :D"

Et surtout merci à toi, pour l'histoire et ce plaisir toujours renouvelé de parler avec toi de tes personnages, des situations et tout et tout... j'aime trop.
GGO a dit…
Merci beaucoup de t'investir comme ça dans mon histoire, c'est tellement touchant et il faut bien le dire, valorisant.

<3
GGO a dit…
Eulaline Pour ta "naïveté", je ne dis pas que c'est impossible, encore heureux sinon nous serions condamnés à la naissance... Mais pour moi, une des raisons qui peut pousser à rester dans une situation critiquable, c'est la sensation d'y apporter quelque chose. Après chacun est libre de juger ! Et encore une fois, rien n'est jamais gravé dans le marbre :)

Merci à toi aussi pour ces échanges:D
Pythonroux a dit…
Encore une fois, une mise en scène excellente et une mise en image magnifique.
On rentre encore plus dans cette histoire et l'on commence à en apprendre un peu plus sur les différents protagonistes de celle-ci (pour ceux qui n'ont pas lu les épisodes précédents :)) et c'est super facile de comprendre les difficultés de chacun.

Anjana, il ne faut pas chercher Silvia :( mais c'est tellement dur de ne pas voir SA fille heureuse. Dan t'a pourtant dit qu'il fallait rester en dehors de tout cela.

Les Lalouche toujours aussi machiavélique... Ca pique de s'être fait rouler par des gosses, hein, Victor... Bien fait pour toi.
Et pauvres gosses qui leur servent de spécimens :'(

Dan, où vas tu comme cela ? Tu vas te faire démonter la tête si tu continues dans cette voie....
GGO a dit…
Merci mon Ptit Python <3 Ce que tu dis me rassure et me fait plaisir ! :D