Nadia 2.












La journée avait été interminable. Une interro surprise, un devoir à rendre qui n'avait pas été rendu, pas moyen de trouver un coin tranquille pour bouquiner, un steack haché tombé par terre, remis non pas ni vu ni connu, mais vu et engueulé... Les derniers pas en direction de la douche étaient toujours les plus durs.




Cette fois-ci, elle était passée devant l'ancienne maison sans un regard. Les souvenirs, elle en avait eu son compte pour aujourd'hui.
En arrivant sur le perron, elle espéra très fort que la salle de bain du bas était disponible. Tous les produits de beauté d'Anjana se trouvaient là, et il lui tardait de s'en badigeonner le corps pour enrayer l'odeur de friture qui semblait lui coller à la peau.




En entrant, elle n'avait croisé personne. Les bruits qui lui provenaient des étages semblaient indiquer que le couchage des enfants était presque terminé.
Sous la douche, elle se frotta vigoureusement le corps, puis se passa des crèmes parfumées une fois sortie.




Une heure plus tard, elle quitta la pièce toute fraîche et bien détendue. Elle tomba alors sur Anjana et Nitish, qui regardaient un film, l'un contre l'autre, amoureux comme au premier jour. 5 enfants, elle-même, Daniel évanoui dans la nature, et pourtant, le couple n'avait jamais été aussi complice. Un malaise lui étreignit alors la poitrine. Pourquoi ses parents n'avaient pas réussi cela ? La réponse lui vint instantanément : Les Calcuta n'avaient pas perdu d'enfant. Ils n'avaient aucun mérite, finalement. Sans un mot pour eux, qui de toute manière avaient l'air absorbés par la télé, elle gravit les escaliers.




Une fois dans sa chambre, alors qu'elle s'apprêtait à aller au lit, son téléphone vibra :

"On se voit demain ?
"Ouais, je bosse pas.
"Ok. 18h à l'Oaz'is ?
"Ok.




***






En arrivant au nouveau parc, fraîchement inauguré par la nouvelle municipalité, elle se rendit directement au café où devait certainement l'attendre Yang.




Yang était très spéciale. Elle était arrivée l'année précédente avec 5 autres filles dans le cadre de l'ouverture d'une section sport-études à Oasis Springs. Dans le même temps, 3 autres garçons avaient débarqué pour compléter l'équipe masculine et étaient logés chez deux petits vieux qui avaient pris la responsabilité de s'occuper d'eux pendant l'année scolaire, en attendant la mise en service de l'internat, dont personne ne connaissait vraiment la date.
Yang était très différente de ses copines sportives. Quand ces dernières passaient tout leur temps ensemble, la jeune fille s'isolait, un livre à la main. Or, les coins calmes, à Oasis High, n'étaient pas légion et Nadia avait souvent du partager ses pauses. De bien mauvais gré au premier abord, la découverte du titre du livre de Yang lui avait coupé la chique et ainsi empêchée de lui sauter à la gorge. 
"Ma vie sans eux". C'était un de ses ouvrages préférés, et elle n'avait pu se retenir de poser des questions à la nouvelle. 
Malgré cet intérêt commun, Nadia s'était vite rendue compte qu'entre elle-deux, ce ne serait jamais la grande amitié, pour la bonne et simple raison que la jeune athlète n'était pas très futée. En dépit de cela et contre toute attente, même si l'ermite qu'était devenue Nadia n'aimait pas trop parler, elle trouvait les points de vue de la nouvelle toujours surprenants et il fallait bien l'avouer, intéressants. Ainsi, Yang n'était pas idiote à plein temps.




C'était assez rare qu'elles se retrouvent en dehors du lycée. Autant pour l'une que pour l'autre, les quelques moments passés ensemble pendant les pauses étaient suffisantes. Mais ce jour là, Yang était nerveuse et avait besoin de vider son sac. 
Clairement, Nadia n'en avait rien à faire, de sa vie. Mais elle redoutait qu'en se montrant trop désagréable, elle se prive des analyses littéraires de sa camarade. De plus, si elle aimait la solitude, parler à quelqu'un de temps en temps était agréable, surtout quand c'était une personne comme Yang, pas trop chronophage.




C'est ainsi que de temps à autres, elle se retrouvait à faire semblant de s'intéresser aux histoires de gonzesses qui se déroulaient chez les Vipères, le nom du club qu'avait formé les six nouvelles recrues féminines d'Oasis High.

- " Et elle t'a dit quoi, Maeva, après ?
- " Beh que je n'avais qu'à attendre. Alors que j'étais là avant elle !!
- " C'est pas la première fois que ça t'arrive, Yang. Tu dois t'affirmer.
- " Mais oui mais je vais pas me battre...
- " Et pourquoi pas ? Elle l'aura pas volée ! Et peut-être qu'elle y réfléchira à deux fois avant de te piquer l'ordi.
- " Mais elle est forte, Maeva. Elle va me faire mal.
- " Rappelle moi ton sport, déjà ?
- " Jujitsu.
- "Et celui de Maev' ?
- " Athlétisme. Pourquoi ? "

Nadia se mit à rire malgré elle, et secoua la tête, les yeux fermés. Elle dit ensuite pour elle-même :
- " Mais comment c'est possible..."

Elle haussa les sourcils et poursuivit :

- " Maeva, elle a surtout une grande gueule. Tape du poing une bonne fois sur la table et tu verras qu'elle te foutra la paix."




- " Mais si...
- " Stop Yang. J'ai rien d'autre à dire. Si tu la rembarres pas au moins une fois, tu sauras jamais. Et si elle te met une baigne et que tu réponds pas, eh bien tu as ta réponse : elle est plus forte que toi et t'as plus qu'à la boucler. Au pire, tu peux aller voir ta coach, là...
- " Carla ?
- " Ouais, Carla. Mais j'ai peur que ça empire les choses. Les autres filles vont pas apprécier non plus que tu ailles pleurnicher. Allez, réfléchis à ça, je te laisse."

Sans attendre de réponse, elle se leva et se dirigea vers le centre du parc, un livre à la main.








C'était vraiment les moments qu'elle préférait. Pas un rat au parc, pas de Calcuta, qu'il soit sénior ou junior, un bon livre... La paix !




Enfin... La plus part du temps. Malheureusement, il y avait des soirs où ces instants étaient plus courts que d'autres. Aujourd'hui étaient un de ceux-là. La nouvelle salle de sport ne suffisait pas aux Crotales - les sports ét' masculins - ainsi fallait-il qu'ils viennent squatter son havre de paix nocturne. Quand le parc était moche et sans attrait, il avait au moins l'avantage de n'attirer vraiment personne ! 
Voyant que les jeunes sportifs haussaient le ton, elle prit la décision de rentrer chez elle, non sans les maudire à mi-voix.




Après un coup d'oeil sur les horaires des bus, elle se hâta pour aller rendre le livre, espérant attraper une des rares navettes de nuit.
Alors qu'elle jetait un regard mauvais en directions des garçons, elle le vit au dernier moment.




La voyant foncer sur lui, et voyant qu'elle allait lui rentrer dedans, ils ralentirent in-extremis l'allure.
Malgré cela, ils ne purent empêcher l'impact qui fit voler le livre et leur emmêla bras et jambes lorsqu'ils tentèrent de garder l'équilibre.
Une fois qu'ils eurent récupérer leurs membres respectifs, elle lui sauta - au second degré cette fois - dessus :




- " Tu pourrais pas r'garder où tu vas ??!!
- " Eh c'est toi qui m'est rentré dedans !
- " Pour se rentrer dedans faut être 2, espèce de buse !
- " Eh mais t'as vraiment un problème Calcuta !
- " Bien vu Django ! C'est toi !"

Il secoua la tête et glissa avant de partir :




- " Espèce de tarée..."

Une voix au loin attira leur attention : 

- " Eh les gars ! Y'a Miko qui s'est trouvé une copine !"




Les Crotales présents ce soir là s'avancèrent alors vers eux.




L'adolescent lui fit alors face et lui conseilla :

- " Tu devrais partir.
- " Et pourquoi ça ?
- " Y'a Oruscant et il a picolé. Retourne chez toi.
- " Euuuuhhhh... Nan.
- " Comme tu veux. Tu viendras pas te plaindre.
- " Eh Miko ! Tu nous la présentes ? Demanda un des garçons.
- " Oh mais c'est la Calcuta..." S'aperçut un un autre.
- " Mais... Elle parle ?!" S'interrogea le troisième.

Les copains se mirent à rire. 
Sans y prêter attention, elle entreprit de contourner Django pour retourner sur son banc quand Damien Oruscant l'interpella : 





- " Eh Calcuta ! J'suis curieux de voir ce que ça donne quand t'ouvres la bouche !
- " Rien de bien, intervint Django. Allez on s'casse.
- " Wwwoooooo, firent en coeur les adolescents.
- " Pas si vite Miko ! Atta atta... Tu l'as testée la Calcuta ? Tu vas pas nous en laisser une !
- " En même temps j'lui laisse, dit l'aîné Gerold sur sa gauche. Elle ne sait qu'aboyer.
- " Ah mais tu sais, j'suis nouveau moi. Avec Ter' et Raj', on sait pas tout ! Mais bon, moi j'aime bien les chiennes. Viens voir ma jolie, j'ai une friandise pour toi..."

Pour appuyer ses propos, il lui adressa un sourire carnassier et pointa deux index vers ses parties intimes, geste aussitôt commenté bruyamment par sa clique.




- " Désolée de te décevoir, mais les croquettes j'en ai un peu mal claque. Je préfère les gros os à moelle, et t'as pas l'air d'avoir c'qu'il faut."

Redoublement des exclamations masculines. 




- " Qu'est-ce-qu'elle a la pétasse ? Demanda-t-il en imitant sa posture. Viens ici et tu vas voir si tu vas pas t'étouffer !"

Applaudissement et sifflets du public.

Elle entendit aussi un des garçons pouffer et chuchoter "En même temps, après Miko..."




Sans faire attention, elle répliqua : 

- " Ah parce-que tu crois encore que ça m'intéresse ? Tu sais ce qu'on dit sur les Crotales ? Qu'ils arrivent toujours "Crotard". Et tu sais c'qu'on dit sur toi ? Que t'arrives toujours "Crotôt".

Silence mortifié de l'entourage.




En une fraction de seconde il était devant elle, le visage menaçant :

- " Répète ça pour voir."




- " Pas de problème, Damien "Crotôt" Oruscant. Ou tu préfères é..."




Tout se passa très vite. Elle avait à peine eut le temps de lever la main pour parer le coup...




... Que Django s'interposait en repoussant violemment son coéquipier. Les autres membres de l'équipe ne purent retenir un hoquet de surprise. S'en prendre au capitaine de l'équipe était un crime de lèse-majesté. 

- " Ça suffit. Dit-il simplement."




- " Putain Miko t'es ouf ou quoi ! Qu'est-ce-qu'il te prend ?! Refais plus jamais ça !
- " Tu vas trop loin, Dam's."

Puis se tournant vers Nadia.

- " Casse-toi Calcuta, on t'a assez vue.
- " Eh mais pour qui tu t'prends ?! S'indigna son coéquipier. Miko, pousse toi de là !" 




- " Non.
- " Mais c'est quoi ton problème ! Tu te la tapes ?
- " Même pas en rêve, cru bon d'ajouter Nadia.
- " Jamais de la vie, dit en même temps Django. Parce-que moi, je me tape des filles consentantes."

Le regard lourd d'insinuations  et l'argument eurent l'air de faire mouche, une fraction de seconde. Puis Oruscant partit d'un grand éclat de rires avant de dire : 

- " Mais elles sont TOUTES, consentantes !"

Il reprit ensuite un semblant de sérieux pour ajouter :




- " Nan mais d'accord, c'est vrai qu'elle a l'air chiante comme la mort celle-là. Tu sais, moi j'suis nouveau, j'les connais pas toutes comme toi..."




Sur ces mots, Django s'était retourné vers Nadia qui n'avait pas manqué le regard à nouveau malveillant d'Oruscant. Il y avait fort à parier que la partie "consentement" de leur échange ne lui avait pas beaucoup plu.




L'adolescent l'avait ensuite attrapée sans ménagement par l'épaule, l'avait forcée à se retourner et l'avait poussée dans le dos pour la faire avancer :

- " Allez dégage maintenant."


Au bout de quelques pas, elle lui avait repoussé le bras alors qu'il lui donnait une autre impulsion.



- " C'est bon !! Pas la peine de me pousser comme ça !
- " T'as qu'à avancer plus vite ! J'ai pas que ça à faire !
- " Eh ben vas-y alors ! Je peux rentrer toute seule !
- " Mais tu vas rentrer toute seule ! Je veux juste que tu quittes le parc ! Avance !"




Une fois à la sortie, ne le sentant plus derrière elle, Nadia se retourna.

- " C'est bon ? Tu arrêtes de me suivre ?
- " Jusqu'à ce que tu ais tourné à l'angle.
- " J'habite de l'autre coté.
- " Je sais très bien où t'habites, Calcuta. Mais t'es débiles ou quoi ?! T'as pas compris ce qu'il s'était passé ? T'as pas intérêt à recroiser sa route de sitôt ! Il est dangereux ce type ! Allez Barre-toi."




Non, elle n'avait pas vraiment réalisé. Et les différentes éventualités peinaient à atteindre sa conscience. Tout ce qu'elle ressentait, c'était de la colère, et ce besoin irrépressible de s'en prendre aux autres. Le silence c'était sympa, mais au fond d'elle il y avait toujours la petite furie qui voulait en découdre. Nadia Magnolia voulait se battre. Mais surtout, elle prit conscience que Nadia Magnolia voulait se faire du mal.






15 commentaires:

  1. En fait je ne suis plus sûre que c'était une bonne idée de lire le 2e chapitre...
    Je crois que j'ai arrêté de respirer tout le long, j'ai failli faire une syncope avec tes bêtises O_O
    Pauvre Nadia ! Faut pas aller au devant des embrouilles comme ça ! On dirait qu'elle part dans une sorte de suicide... Daniel faut revenir maintenant !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette ! :-D XD

      Auto destructeur, oui... :/

      Oui Daniel ! Faut rev'nir !! ^^

      Supprimer
    2. En même temps c'est compréhensible... Mais vraiment, maintenant faut arrêter les conneries et écrire "Et Daniel arriva, lui présenta Silvia et ils vécurent heureux à jamais". C'est pourtant simple !

      Supprimer
    3. Mais oui ! Mais c'est une vraie mule celle-là, elle en fait qu'à sa tête !

      Le soucis c'est que j'ai dit qu'il y aurait plus de 5 MAJ *grimace* je peux plus reculer maintenant... Faut que je trouve des trucs à mettre entre ! ^^

      Supprimer
    4. Non mais tu es une grande écrivaine, tu peux bien faire au moins 5 majs avec ce que je viens de te dire xD

      Supprimer
    5. mais faut pas avoir peur comme ça Noog ;)

      Supprimer
  2. Ça démarre fort dis donc. Je vois que la vie ne lui fait toujours pas de cadeaux à cette petite/grande.
    J'espère que le reste de son histoire l'amènera vers une fin plus heureuse que ce que laisser présager tout ça. Parce qu'on peut pas dire qu'elle a une vie de rêve. Quoi que c'est presque une adolescente typique !

    En tout cas, ça fait plaisir de se replonger dans cette saga en découvrant encore de nouvelles choses. Et ça fait aussi plaisir de te retrouver, depuis le temps qu'on attends ! On va savourer chaque chapitre comme si c'était le dernier, qui sais quand on pourra savourer le plat de résistance ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une adolescente typique... Nadia fait une crise d'ado depuis qu'elle est née alors ^^"

      Le plat de résistance... Ouais... J'y pense ^^"

      Merci <3

      Supprimer
  3. J'adore cette suite, ça commence sur des chapeaux de roues.
    Elle a du caractère la petite Nadia et je crois qu'il s'est développé encore plus suite au départ de Daniel ^^

    Elle va pas être facile à gérer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois ? XD

      Merci d'être encore là !!!

      Supprimer
  4. Ben,encore heureux qu' elle a du caractère. C'est ce qui risque de la sauver finalement.. Avec Django. :)

    RépondreSupprimer
  5. GGO tu écris magnifiquement bien, et les photos... Je ne peux que soupirer d'admiration !

    Nadia a la rage contre le monde entier, et surtout son frère mais bon, c'est compréhensible. Juste qu'apparemment avec son caractère explosif je pense qu'elle va se mettre dans des situations un peu dangereuses...
    J'espère que Miko sera là encore pour l'en sortir et plus... si affinités... lol !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooooo merci c'est trop gentil !

      Je suis contente de ne pas t'avoir perdue avec ce deuxième chapitre un peu corsé ^^"

      Pour Miko, eh bien... *motus* ;-)

      Merci pour ton enthousiasme :-D

      Supprimer

Pensez à ctrl+C votre commentaire car blogger est capricieux ^^"
Merci ;)