0.8









Nitish Calcuta avait bien besoin de décompresser ce soir-là. Un adolescent, une pré-ado, un bébé, et un futur bébé – il n'en revenait toujours pas – en route, cela demandait un sens aigu de la logistique. Sens logistique qui, par ailleurs, était mis à rude épreuve à son travail.
En voyant l'herbe tout juste arrosée, il n'eut qu'une idée : s'allonger dessus, les bras en croix. Seulement, son projet allait être reporté :

- « Ah ! Daniel ! Tu n'es pas encore couché... Tu m'attends une petite seconde le temps que je me change, j'ai à te parler. »




Une fois revenu dans une tenue plus adéquate, ils échangèrent quelques banalités avant que le patriarche ne se jette à l'eau :

- « Alors voilà, Daniel. Tes 18 ans approchent à grands pas, et nous n'avons toujours pas parlé de ce que tu comptais faire...
- « C'est à dire... ? »

Nitish se raidit : comment lui parler d'un éventuel départ sans que ce ne soit pris pour un avis d'expulsion ? Mais il ne voulait pas non plus qu'il se sente obligé de rester... Il prit donc le problème sous un autre angle :

- « Après ton diplôme. Tu as réfléchi à ce dont je t'ai parlé ? Dans mon entreprise, ils travaillent beaucoup avec des jeunes en formation. Si tu fais celle dont je t'ai parlé, il y a une place pour toi. Je m'en suis assuré. Mais il faut que ça te plaise ! Si tu ne veux pas, aucun problème !
- « Oui oui ! Ça me plaît ! J'ai signé tous les papiers pour les inscriptions. J'ai juste oublié de te les donner. »

Un sourire étira les lèvres du père de famille. Il était tellement fier de le faire entrer dans son entreprise !



- « Parfait ! Bon ! Et à part ça ? Tu ne veux pas quelque chose en particulier ? Pour ton anniversaire ? Il n'y a pas quelque chose qui te ferait plaisir ? »



- « A dire vrai, un gâteau d'Anjana me ferait très plaisir...
- « Tu es sûr ? »

Nitish venait de faire les yeux ronds :

- « Tu sais que je l'aime énormément, et que je suis un fan de sa cuisine... mais ce n'est un secret pour personne que sa pâtisserie est.. Enfin... tu vois quoi... »

Daniel partit d'un rire franc, avant d'ajouter, en haussant les épaules :

- « Je ne sais pas... Elle y met tellement de cœur que ça me plairait beaucoup qu'elle fasse mon gâteau.
- « Bon... Je ne sais pas si je dois te remercier ou... Elle va vouloir en faire des milliers pour sortir un gâteau potable pour ton anniversaire ! »



Les deux complices rirent de bon cœur à ce futur plutôt sombre qui leur était réservé.

- « Il y a autre chose... »



L'air tout à coup plus grave de l'adolescent ramena son interlocuteur un peu trop rapidement sur terre :

- « Si c'était possible, j'aimerais beaucoup que Lin soit là... »

A nouveau stupéfait, Nitish ne répondit pas tout de suite. En effet, avec l'évocation de sa majorité, il avait cru que Daniel allait demander la présence de ses parents. A nouveau soulagé, il dit, avec beaucoup de chaleur :

- « Mais bien sûr Daniel ! Tu invites qui tu veux ! Tu peux amener des copains aussi ! On pourra vous laisser la maison, même.
- « Non ça ira. Juste Lin. Et vous tous. »

Une sensation cotonneuse agréable envahit Nitish.

- « Tu es vraiment un ado très raisonnable, Daniel. Il n'y a pas quelque chose que je pourrais faire, moi ?
- « Tu vas déjà goûter les essais d'Anjana... »

Il pouffa, si bien qu'il ne put terminer sa phrase. Il reprit ensuite, sur un ton plus faible et sérieux :

- « Tu as déjà tellement fait ... »



Le quadragénaire se figea lorsqu'il vit l'expression de l'adolescent. Un voile de tristesse masquait à présent toute la joie qui faisait rayonner ses traits quelques secondes plus tôt.
On entendait plus que le bruissement des feuilles sous l'action de la brise et le léger clapotis de l'eau contre les parois du bassin.
Daniel attendit de capter à nouveau le regard de son tuteur avant de continuer :



- « Et pour répondre plus précisément à ta question de tout à l'heure, je ne compte pas partir. Si... Si vous voulez bien me garder jusqu'à ce que j'ai terminé ma formation... »

Le quadragénaire ne pouvait quantifier le soulagement qui l'envahissait tout à coup. Daniel ne comptait pas partir. Ils allaient rester tous ensemble. Comme une vraie famille. La grande famille dont il avait toujours rêvé. Et le meilleur, c'est qu'il allait pouvoir transmettre ses compétences au jeune homme. Comme d'un père à son fils. 

- « Tu es ici chez toi, Daniel. Libre à toi de rester aussi longtemps que tu le souhaites. Il n'y a pas de date limite.
- « C'est que... Avec l'arrivée du deuxième bébé...
- « Ne te préoccupe pas de ça. Nous allons nous organiser. Et s'il faut déménager, on déménagera. Peu importe le nombre d'enfants que le ciel a finalement décidé de nous donner, en aucune façon ça n'empiète sur la place qui t'est réservée au sein de cette famille. »

Daniel baissa les yeux et un sourire amer s'invita malgré lui sur ses lèvres.



- « Ça change... »































6 commentaires:

  1. Oh, Dan a encore d'amer souvenirs de ses parents... j'ai eu peur que Nitish ne veuille qu'il quitte la maison... Nadia sera contente :D (je me demande quel genre de furie elle sera ado elle XD)

    RépondreSupprimer
  2. Un chapitre qui fait chaud au coeur :) Daniel est très mature pour son âge, et j'aime beaucoup la pseudo-relation père-fils qu'il entretient avec Nitish :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah te voilà ! Je croyais t'avoir perdu en route ! :-p

      Supprimer

Pensez à ctrl+C votre commentaire car blogger est capricieux ^^"
Merci ;)