0.4



1 an plus tard.



Lin Muto, en jeune fille bien élevée qu'elle était, avait pris place sur une des chaises luxueuses de la salle à manger. Comme à chaque fois, elle attendait sagement que son amie vienne l'accueillir. Des pas précipités dans le hall lui indiquèrent que pour une fois, l'attente ne serait pas trop longue.




Maria Gomez se glissa à ses côtés, laissant planer dans son sillage une odeur légèrement sucrée.
- « Depuis quand tu as une petite sœur ? »
L'adolescente, qui s'installait sur sa chaise, marqua un temps d'arrêt.
- « Une petite sœur ?
- « Bah j'sais pas, on dirait que tu lui as piqué ses fringues... »




Maria éclata de rire.

- « Nan, c'est voulu ! J'attends quelqu'un.
- « Qu'est-ce-que ça peut bien me faire de voir ton nombril ?
- « Fais pas semblant de pas comprendre ! Mais tu peux rester, si tu veux. »

Sa dernière phrase fut accompagnée d'un clin d’œil coquin.
Lin rit à son tour et déclina l'invitation :

- « Sans façon ! Tu sais qu'on a pas les mêmes goûts...
- « Ah mais celui-là est différent !
- « Il est gros, moche et intelligent ? »

Son amie pouffa et répliqua :

- « Bah alors ! Je comprends pas que tu sois toute seule ! Si c'est ça ton style, y'a tout c'qui faut à Oaz' ! »
- « Ha ha... Et donc, il est différent ?
- « Ouais... Je sais pas trop pourquoi... Il pourrait te plaire !
- « Tu l'as connu comment ? »

Le sourire de Maria se figea :

- « Euh... C'est le réparateur de la piscine... »

Lin secoua la tête en rigolant :

- « Bon, bah je te le laisse, hein...
- « Ce que tu peux être snob !
- « Je suis exigeante. Je veux quelqu'un qui me fasse rêver ! Je veux qu'on puisse discuter des heures durant de matrices, de physique quantique, de génomes !
- « Oh seigneur...
- « On aura un énooooorrrrmmmmme téléscope dans le jardin, et on passera nos soirées à regarder les étoiles...
- « Eh ben ! Tu sais t'amuser t... »

La jolie brune s'interrompit brusquement, le torse redressé et l'oreille tendue.




- « Ah ! Je crois qu'il est là ! Je viens de voir son camion passer. T'es sûre que tu veux pas m'accompagner ? Tu pourrais être surprise !
- « Ca m'étonnerait... Tant pis... Je vais aller à la bibliothèque...
- « Bon... »

Maria se leva et dit derrière son épaule :

- « Reste un peu et observe le maître... »




Lin la suivit du coin de l’œil, même si elle n'avait pas besoin de le faire pour savoir que son amie avait emprunté une démarche féline. Le réparateur de la piscine ? Elle n’allait en faire qu'une bouchée.



Amusée, et curieuse sans trop savoir pourquoi, la jeune fille s'approcha de la fenêtre.
Lorsqu'elle le vit passer, comme au ralenti, elle se sentit déglutir. 



« Tu pourrais être surprise »

En effet, elle l'était. Pas par le garçon qu'elle venait de voir, mais par elle-même...



Elle les suivit le long des grandes baies vitrées, restant suffisamment en retrait pour ne pas attirer l’œil de l'extérieur, mais assez proche pour comprendre ce qu'ils se racontaient.
La voix du jeune homme, perplexe, se fit entendre :

- « Qu'est-ce-qui ne marchait pas ?
- « Il y avait plein de saletés dans la piscine et la machine faisait un bruit bizarre.
- « C'était quand ?
- « Hier soir... »



Elle le vit se diriger vers le bassin, observer l'eau, y mettre sa main puis se relever, les mains autour de sa taille et la nuque fléchie, l'air soucieux.



Maria vint le rejoindre, et Lin pu clairement voir qu'elle l'avait frôlé avant de lui faire face. Pour toute réponse, le réparateur se décala légèrement du coté opposé.

- « Je ne comprends pas... » L'entendit-elle dire. « Tout a l'air d'être rentré dans l'ordre. Si jamais ça se reproduit, appelez-nous et on enverra quelqu'un changer la machine.
- « Ce quelqu'un pourrait-il être vous ? Vous comprenez, c'est plus simple quand on a affaire à un seul interlocuteur...
- « Ne vous inquiétez pas pour ça. Je vais tout noter. Bon, puisque tout va bien, je vais vous laisser...
- « Vous voulez pas rester un peu ?
- « Non merci. Je dois ramener le camion et j'ai encore plein de boulot...
- « Ah... Bon... Eh bien merci d'être venu. Si vous changez d'avis...»

Elle accompagna sa proposition d'un sourire coquin. Lui se contenta de hocher poliment la tête et de tourner les talons, laissant son amie désappointée.
Alors qu'il passait devant elle, leurs regards se croisèrent. Surprise, elle se cacha derrière la commode. Elle appliqua ses mains contre son visage et eut un petit rire nerveux. Toute à son indiscrétion, elle n'avait pas remarqué qu'elle s'était avancée près de la vitre pour continuer à les entendre alors qu'ils s'étaient éloignés en direction de la piscine. Le teint cramoisi, elle ne pouvait s'empêcher de sourire. Les traits du jeune homme trahissait son âge - ils devaient avoir le même - mais pas seulement. Ils lui avaient aussi appris qu'elle le trouvait fortement à son goût.




***





Aie l'air concentré. Admire cette magnifique tenue qui a certainement été créée pour rendre hommage à l'intelligence des femmes.



D'ailleurs je note leurs propositions masculines... Les filles à poils, les autres en combinaisons... Bref... Je tente un coup d’œil ? Ca s'trouve il est parti... C'est ridicule après tout, il ne sait même pas qui je suis... Bon allez à 3 je...

- « Excusez-moi... Vous savez où je peux trouver les Cumulus d'Oasics, s'il vous plaît ?»



Cette voix...



Oh purée... J'dis quoi ? Vite vite viiiiiitttteeeee ! Paarrrrlllllle !

- « Euuuuh... »



- « Je suis bien au rayon sport ? A la caisse on m'a dit d'aller voir la vendeuse au polo et aux... couettes... C'est pas vous ? »

Lin regarda par dessus l'épaule droite de son interlocuteur.

- « Euh... non... Je pense qu'il parlait de la brune derrière vous... »

Le jeune homme jeta un coup d’œil dans la direction indiquée et répondit :

- « Ah. Pardon. »

Sur ces mots, il tourna les talons.



Moi ? Une vendeuse ?... Mais pourquoi j'suis pas vendeuse ?! 



Bon tu fais quoi ? C'est l'occasion ou...

- « Attends ! »

L'adolescent s'arrêta, surpris, mais pas autant que Lin dont la langue n'avait pas terminé les 7 tours réglementaires avant de fonctionner. Après une seconde d'hésitation, elle se jeta finalement à l'eau.



Elle le rejoignit d'un petit pas pressé et proposa :

- « La vendeuse a l'air occupée. Je peux peut-être t'aider à chercher ? Les Cumulonimbusdazics ? Qu'est-ce-que c'est ? Ça a un nom de nuage... »




- « Ce sont des chaussures de running... "



- « Ah. On peut donc raisonnablement penser qu'il faut aller au rayon « chaussures ». Euh... Tu sais où c'est ? »



- « C'est pas toi qui est sensée m'aider ? C'est pour ça que je cherchais une vendeuse... »



- « … Vendeuse qui vient de se libérer. »



- « Mais si tu n'as pas une envie subite de te cacher derrière un meuble, tu pourras peut-être me donner ton avis ? »



 - « Avec plaisir. »


Une petite voix semblait tambouriner contre une porte, au fin fond de sa tête, et elle pouvait même entendre ce qu'elle disait. « Nan mais t'es pas sérieuse ? Un réparateur de piscine ? Ah bah ça promet de beaux échanges sur la mécanique des fluides ! Tu vaux pas mieux que Maria ma pauvre... On avait dit un double doctorat Mi-Ni-Mum ! Tu crois qu'il a son brevet, au moins ? Allô ! Est-ce-que le cerveau pourrait chasser les hormones du centre de commande ! Merci ! »

Pour toute réponse à cette salve de reproches intérieurs, elle haussa les épaules et se dirigea gaiement vers le beau garçon qui lui faisait signe de venir le rejoindre.






















5 commentaires:

  1. Trop mimi, en plus elle a l'air toute adorable cette fille, par contre je donne pas cher de sa pote XP

    RépondreSupprimer
  2. Floriane : merci ! :-D

    Sakura : oui, elle est sympa Lin ;-) Bah quoi, elle te plaît pas Maria ? XD

    RépondreSupprimer