Nadia 21.


Le moins que l'on puisse dire, c'est que John Gerold avait rapidement fait son nid chez les Calcuta. Nitish était ravi, mais Anjana ne pouvait pas s'empêcher de voir en lui un coucou se débarrassant bien vite des œufs d'un autre oiseau. Quant à l'idée qu'il place les siens à la place, cela lui faisait plisser le nez de désapprobation à chaque fois qu'elle y pensait.


C'est avec une certaine exaspération qu'elle l'observait, tentant de séduire autant son mari que Nadia. C'était à se demander, même, si Nitish n'était pas plus amoureux...


Mais le coucou ne perdait pas le nord ! Il savait parfaitement où il allait et quelle était sa cible...
La preuve en était ses regards pleins de désir toujours accompagnés des mots qu'il fallait pour troubler la jeune Nadia qui, n'ayant pas l'habitude d'un tel intérêt, ne savait comment masquer sa gêne...

- « Mais puisque je te le dis !
- « Oui, oui, bon, c'est bon, on change de sujet ?
- « Il faut savoir accepter les compliments, Nadia du sais ? »

Anjana sentit son nez se froncer. Qu'est-ce-que Nitish pouvait l'exaspérer quand il se montrait si naïf. Mais il était vrai qu'il avait toujours été sensible à la flatterie... Même quand elle ne lui était pas destinée, visiblement ! 
Et l'autre bellâtre de continuer :



- « Pourquoi tu rougis, Nadia ?
- « Je rougis pas, j'ai un truc qui me gêne dans l’œil. Laisse-moi tranquille.
- « Ok. »



 Avant de la couver d'un regard qui disait tout le contraire.



Nadia, quant à elle, se demandait où tout ça allait les mener. Sen, malgré le fait qu'il soit direct, avait un petit coté mystérieux qui le rendait insaisissable.


Pourtant, il ne ménageait pas ses efforts pour lui faire comprendre qu'il l'aimait bien. Alors pourquoi n'arrivait-elle pas à l'accepter ?

Surtout que passer du temps avec lui, c'était si facile.


L'ambiance était toujours légère et elle comprenait son succès auprès des filles. Sen avait le don de vous faire vous sentir bien. Et il y avait cette sensualité, présente dans presque tous ses gestes...


Qui faisait que même lors d'un mouvement anodin, son cœur s'emballait. Comme cette fois, où assis au bord de la piscine, il s'était retourné et, ce faisant, lui avait frôlé la cuisse et le bras. Surprise au premier abord, elle avait eu un mouvement de recul, pensant le gêner, puis elle avait croisé son regard alors qu'il tournait la tête vers elle. Un regard plein d'assurance et... Oui, c'était de l'envie qu'elle y avait lu.
La petite Lola était passée derrière eux, en chantonnant, et s'était mise à jouer un peu plus loin.
Suffisamment en tout cas pour Sen décide d'être plus précis sur ses intentions envers elle.


Il lui avait saisi doucement la main...


L'avait posée sur sa propre cuisse, entrelacé les doigts d'une de ses mains aux siens et de l'autre...


Lui avait indiqué d'approcher.


- « Est-ce-que tu crois que c'est envisageable que la prochaine fois on se voit dans un lieu... Moins fréquenté ?
- « La bibliothèque ? Avait-elle demandé, taquine."

Ce à quoi il avait répondu d'une voix chaude, posée, à la limite du chuchotement en posant sa main libre contre sa joue :

- « Je ne suis pas très familier de ce genre d'endroits, mais j'ai déjà entendu quelques histoires intéressantes sur ce qu'il se passe là-bas entre les rayons... »

A cet instant, elle avait senti qu'elle devait faire le choix de tourner ou non la tête. Mais à peine avait -elle réalisé cela qu'il exerçait une légère pression sur sa joue, l'invitant à rencontrer ses lèvres.

Seulement, le sort en avait décidé autrement.





MAMMMMAAAANNNNN !!!!







Les deux ados avaient sursauté et s'étaient tournés vers le cri. Quelques instants plus tard, Anjana et Nitish accouraient éteindre l'incendie qui venait de se déclarer suite aux expérimentations hasardeuses de la petite Justine.




C'était tellement mal tombé... 

Mais John Gerold était plein de ressources.


Profitant de ce changement de sujet inopiné, il avait saisi son portable pour en lancer un autre.



Nadia s'était mise à rire en s'apercevant qu'il venait de lui envoyer un message et son cœur avait manqué un battement en lisant ce qu'il y était écrit :

« J'aimerais beaucoup que tu m'accompagnes au bal de promo. »

Elle avait poussé un petit soupir et avait fait un léger mouvement de tête qui marquait sa perplexité :

- « Pourquoi, moi, Sen ? Il y a des dizaines de filles qui n'attendent que ça depuis des mois et toi, à une semaine du bal, tu me choisis...
- « Je dois en déduire que tu n'attendais pas ça, toi ? »

Toujours ce sourire qui lui donnait un air si sûr de lui...

- « Nan... Mais tu connais ma réputation et je ne suis pas la plus populai...
- « Tu te prends trop la tête Calcuta. J'ai envie d'y aller avec toi, je t'en parle, point. Je suis libre, il me semble que toi aussi... ? »

Il lui avait jeté un regard par le dessous, attendant une confirmation, auquel elle avait répondu par l'affirmative, non sans que ne se soit glissé une image de Fabien.

- « Donc maintenant, est-ce-que tu as envie, toi, d'y aller avec moi ? »

Nadia s'était sentie déchirée à l'intérieur. Tout une partie de son être voulait fuir et se cacher, oublier qu'elle avait longtemps rêvé secrètement d'y aller avec Django, mais surtout, laisser passer l’événement. Et puis l'autre... L'autre avait envie d'avancer, de succomber. Elle avait alors décidé de donner raison au petit frisson qui l'avait parcourue au moment où il allait l'embrasser et lui répondit avec un léger hochement de tête accompagné d'un sourire timide.

- « Affaire conclue ! » Déclara-t-il alors.

Il s'était mis à rire et l'avait enveloppée de ses bras pour l'amener contre lui et lui embrasser le front.

Déséquilibrée, elle s'était un peu redressée, mettant leurs visages au même niveau.

- « Bon, je vais y aller. On se voit dans la semaine ? Avait-il proposé.
- « Ok. »



Il avait alors posé un baiser sur sa joue et s'était levé pour dire au revoir au reste de la famille. 

Du moins, c'est ce qu'un observateur non averti aurait pu croire. 

Car Nadia, elle qui était aux premières loges, n'avait rien loupé de la localisation des lèvres de Sen, débordant sensiblement sur la commissure des siennes, de sa main gauche glissant langoureusement le long de ses reins, ni de sa main droite effleurant son sein gauche puis son ventre avant de terminer sa course le long de son bras puis de ses doigts.


Non, elle n'avait rien loupé de cette « chaste » prise de congé.





8 commentaires:

  1. Je l'aime pôs Sen :/ même si sans doute, il fait du bien à Nadia. Mais bon, c'est bon là. Trois petits tours et puis s'en va serait bien plus raisonnable.
    Peut-être que je me trompe (et j'espère me tromper) mais vraiment à lire et y revenir, je continue à m'inquiéter pour Nadia et comme Anjana, je n'arrive pas à croire en la sincérité de ce jeune homme. :/
    oh j'espère tellement me tromper :gggrrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je l'aime pôs Sen"

      Souviens-toi de cette phrase pour la prochaine maj et tu me diras si tu te reconnais dans quelqu'un XD

      "Mais bon, c'est bon là" mdr

      Wait and see alors ! ;-)

      Supprimer
  2. :/ j'arrive pas à le croire blanc comme neige non plus...il semble trop calculateur envers Nadia, troi à VOULOIR la séduire, avec Django c'était tellement plus...chais pas, naturel, dans l'ordre des choses, simple. Je suis quand même contente que Nadia aille bien avec lui, mais pourquoi se mentir ? Je pense que Django ne restera pas de marbre au bal de promo :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "trop à vouloir la séduire"

      Ouais, c'est vrai, y'a de ça ;-)

      Alors avec Django, "naturel" peut-être, "simple" je sais pas XD

      On verra bien ! ;-)

      Supprimer
  3. *trop à vouloir (faute de frappe ^^)

    RépondreSupprimer
  4. mais mais mais, c'est déjà finit ;) elle est où la suite :p

    encore un chapitre très intéressant mais autant, je le trouvais sympa le chapitre précédent, autant, je le trouve trop présent dans ce chapitre le Sen ;)
    il y a un loup quelque part :p qu'est-ce qu'il cherche en se rapprochant autant de Nadia ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu changes déjà d'avis ? X'D

      Oui c'est vrai, il se fait insistant. Mais Hey ! Le bal c'est la semaine prochaine, hein ! Y'a pas de temps à perdre! :o


      Merci infiniment Pythonroux d'avoir rattrapé comme ça et commenté chaque chapitre. Ça me touche beaucoup.

      Supprimer
  5. Ce chapitre ne fait que confirmer ce que je pensais. Je suis totalement du côté d'Anjana, y a un truc louche.
    Le flic travaillerait pour les Lalouche, je serais pas étonné. Et je serais pas étonné qu'il se serve de son fils pour arriver à ses fins=;
    Pourquoi Sen s'intéresse à Nadia tout à coup, alors qu'avant il n'avait pas l'air plus intéressé que ça. C'est son côté héroïne qui l'attire ? Je suis pas convaincue...

    RépondreSupprimer