Nadia 11.


Les semaines qui suivirent le baiser furent très calmes. Des révisions à deux, il n'était plus question. De Django, plus de nouvelles. Il n'y avait plus qu'elle et ses livres...





et les bancs publics pour échapper au tumulte de la maison...



et les nuages...



et yang quand elle n'était pas de trop mauvaise humeur.



Yang se demandait bien ce qui avait bien pu arriver au duo qu'ils formaient, Miko et Nadia, mais la première tentative de le savoir s'était avérée être la dernière. La jeune fille était rentrée dans une rage folle et l'avait plantée là, sans lui parler pendant plusieurs jours. Puis le temps avait fait son effet et elle était revenue vers elle comme si de rien était, comme si les mois qui venaient de s'écouler n'avaient été qu'un mirage.


Nadia voulait à tout prix s'en convaincre en tout cas. 



Une fois, elle avait été faible. Une fois, elle avait voulu le revoir, lui dire qu'elle regrettait, qu'elle pouvait faire comme si ce baiser n'avait jamais existé et qu'elle souhaitait qu'ils retrouvent leur relation d'avant. Celle où ils se chamaillaient pour un rien.
Alors elle avait couru.


Couru encore.


Seulement, à l'approche de leur spot, la peur était venue l'étreindre.


Et s'il la rejetait encore une fois ?


Et si elle ne voulait pas oublier la sensation de ses lèvres ? 
Son cœur tambourinait tellement fort à cet instant, et ce n'était pas la course. 
Voulait-elle revivre l'humiliation de l'autre nuit ? 
Non.
Elle n'avait pas voulu prendre le risque.

Mais avant qu'elle ne s'en rende compte...


Elle était tout en haut...


Et seule.

Terriblement seule, encore.
Peut-être que c'était mieux ainsi, finalement. Parce-que quand son frère viendrait la chercher, elle n'aurait pas d'attache.


Oui, c'était mieux ainsi.








8 commentaires:

  1. Oui, c'est mieux, c'est mieux ainsi puisque Django n'est pas encore aussi courageux que je l'aurais souhaité.
    Les jours passent et Nadia se retrouve à nouveau seule et désillusionnée; des sentiments qu'elle connait si bien. :( Encore un magnifique chapitre où les terres arides d'Oasis donne un retentissement tout particulier à la solitude de Nadia. C'est triste et tellement beau.

    RépondreSupprimer
  2. Ou alors je boude ? C'est bien aussi ça...
    Pourquoi est-ce que ça ne pourrait pas être simple, d'abord ? Parce que je suis sûre que Django a une explication simple et logique à son comportement et que quand Nadia le saura ils pourront enfin vivre d'amour, d'eau fraiche et de poneys à paillettes.
    Sinon j'ai un cactus chez moi, et si tu me laisses le jeune homme quelques minutes je suis sûre que je pourrais arranger tout ça vite fait bien fait.
    C'est marrant parce que autant la détresse de Lin m'a laissée indifférente, autant Nadia je l'aime d'amour et je ne supporte pas de la voir si malheureuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nooooonnn boude pas ! Mais ça peut pas être simple parce-que la vie, c'est pas simple. Voilà. Et Nadia ne peut pas être sauvée. Il faut qu'elle se sauve toute seule ;-)

      Mais ravie de voir que tu l'aimes d'amour, ça me touche beaucoup !!

      Supprimer
  3. C'était court mais poignant. La pauvre Nadia, encore abandonnée sans aucune explication.
    Et elle va encore croire que c'est sa faute.
    Très franchement, je ne sais pas comment elle va bien pouvoir s'en sortir.
    Et c'est ça que j'aime bien. Ne pas savoir. Et le découvrir plus tard, au fil des mises à jour.
    J'espère que tu ne nous feras pas attendre trop longtemps pour avoir le fin mot de l'histoire. Déjà que j'ai l'impression que l'intrigue principe va se faire attendre, ça serait une double torture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi ! ^^"

      Bon panique pas, surtout avec la prochaine mise à jour. D'accord ? ^^"

      Merci de ton passage en tout cas :-D

      Supprimer
  4. Outch, comment il fait mal ce chapitre, il est court mais intense dans les émotions de Nadia...
    Et comme prévu, elle se referme sur elle-même encore une fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum...

      Mais tu es un sensible mon ptit Python, hein ;-)

      Supprimer