0.17









Enfin.
Elle y était.
Un picotement à la racine du nez lui fit monter les larmes aux yeux, mais son excitation les refoula.
On lui avait donné une deuxième chance de travailler - bon d'accord, ce n'était qu'un stage, mais quand même ! - au sein d'OAZ Corp., l'heure n'était pas au pleurnichage.

Le dos droit, un sourire invincible sur les lèvres, elle se dirigea vers la porte d'entrée.



- « …
- « …
- « …
- « Ahem... Bonjour... A nouveau...
- « Oui c'est pour quoi ?
- « Je suis en 3ème année à OazTech et je viens pour mon stage de fin de semestre.
- « Et alors ?
- « Euh... Ben... Je vais où ?
- « C'est qui ton référent ?
- « Lazlo Lalouche. »


Un air de dégoût se lut instantanément sur le visage de son interlocuteur.



- « Il est pas là.
- « Ah. Et du coup je fais quoi ? Je peux peut-être assister quelqu'un d'autre en attendant qu'il revienne ?
- « « Assister quelqu'un d'autre »... Nan mais pour qui vous vous prenez à OazTech, hein ? Vous assistez personne. Vous faites les plantes vertes et vous attendez qu'on vous demande un café. D'ailleurs, y'a tes copines dans la salle d'à coté. Je crois qu'elles ont soif. »

    Lin regarda par la vitre et vit une serre. Elle se tourna à nouveau vers le réceptionniste qui semblait déjà avoir oublié sa présence.
    Elle poussa un petit soupir désappointé, mais se dirigea d'un pas décidé vers ses nouvelles « copines ».



    Elle les étudia toutes, inspecta les feuilles, les fruits quand il y en avait, l'état de la terre, consulta son téléphone pour vérifier le taux d'hydratation des espèces qu'elle connaissait moins... Elles étaient toutes globalement en bon état, sauf une dont la base des feuilles présentait de toutes petites tâches circulaires. Elle n'était pas - encore - une spécialiste, mais elle se doutait que cela n'augurait rien de bon. Par mesure de précaution, elle inspecta minutieusement les autres et vit que sa voisine de droite commençait à présenter les mêmes symptômes. 

    - "Bah alors Cocotte, on a un rhume ?"

    Elle se releva, se dirigea vers la réception et transmit les informations qu'elle venait de récolter. Le jeune homme, pour toute réponse, l'envoya...



    … Dans la salle de repos pour réparer la cafetière. Heureusement pour elle – et les amateurs de café – elle se débrouillait pas trop mal en électronique. Un laborantin passa près d'elle alors qu'elle venait de terminer, et ils échangèrent un dialogue visuel :

    « Ca fonctionne ? »
    « Je pense... »

    Elle haussa alors les épaules et désigna l'appareil de ses deux mains paumes vers le ciel, l'invitant à essayer.
    L'homme parti d'un rire franc et fit « non » de la tête, avant de la montrer du doigt en haussant les sourcils. Elle rit à son tour et dirigea son index vers les commandes. Elle montra les trois boutons, et son interlocuteur silencieux indiqua celui du milieu. Elle appuya alors d'un geste sûr, mais sursauta malgré tout quand la cafetière cracha. Elle vrombit, toussa, se tut, puis... laissa s'écouler l'eau qui venait de s’imprégner du café.
    Lin sourit alors à son voisin qui lança un sonore :

    - « Eh les gars ! La cafetière est réparée ! »

    Avant d'ajouter :

    - « T'es ma stagiaire préférée. »

    Il lui fit un clin d’œil et se se munit de la carafe.
    Ne sachant que faire, elle retourna à la réception, qui l'envoya...



    Extraire des cristaux sous un soleil de plomb. Ce fut ce qu'elle trouva de plus pénible. Elle suait à grosses gouttes, se faisait mal aux mains, toussait sous les assauts de la poussière... Elle commençait à trouver ce Julien fort désagréable. Elle allait s'attaquer à une autre roche quand une voix raisonna.



    « Mademoiselle Muto est priée de se rendre à la réception. Merci. »
      Le message fut répété deux fois, puis une troisième fois alors qu'elle poussait la porte du labo, essoufflée.



      - « Ah te voilà. Tu as rendez-vous avec Monsieur Lalouche dans une demi-heure au siège.
      - « Dans une demi-heure ? Mais c'est à l'autre bout de la ville !
      - « Eh ben qu'est-ce-que t'attends ? »

      Elle resta quelques instants la bouche à demi-ouverte, frappée de stupeur en pensant qu'elle était pleine de crasse et qu'elle ne pouvait se présenter ainsi à son patron.



      Elle n'avait jamais autant couru de sa vie. Enfin... Si... Pour le fameux anniversaire de Dan... Mais personne ne voulait s'en rappeler à cet instant.
      Le souffle court, elle pensa à regret que sa douche ne l'aurait pas rafraîchie longtemps.



      Devant l'entrée, elle actionna un interphone qui la pria d'avancer jusqu'à un portail.
      Son cœur battait très fort, et ce n'était pas du qu'à la course. Elle allait rencontrer un membre de la famille Lalouche. Son rêve d'enfant. Qu'elle avait une première fois sacrifié pour... pour...

      Hop hop hop, on a dit qu'on voulait pas y penser...

      Mais c'était fini. Elle avait sa deuxième chance, et elle ne comptait pas la laisser passer, cette fois.
      Puis, un doute la saisit tout à coup : pourquoi voulait-il la voir si vite ?



      Alors qu'elle s'avançait sur l'allée, un jeune homme vint à sa rencontre. Il s'agissait de Lazlo Lalouche, le plus jeune frère. Ils devaient avoir le même âge, à peu de chose près.
      Ils se présentèrent l'un à l'autre et Lazlo enchaîna :

      - « Tu es toute rouge ! Je suis désolé de t'avoir fait courir. Je n'ai pas réalisé l'heure...
      - « Ah non mais c'est pas grave...
      - « En fait, j'ai cru comprendre que tu t'es occupée de mes plantes ce matin et...
      - « C'étaient vos plantes ?! » S'alarma la jeune femme.
      - « Euh oui... Je m'occupe de la partie botanique. »

      La panique du se voir sur son visage car il continua sur un ton qui se voulait rassurant :

      - « Nan mais... C'est pas grave hein... Surtout que tu as vu des tâches sur l'Orchidée… ?
      - « Euh oui...
      - « A la base des feuilles ?
      - « Oui.
      - « De quelle couleur ?
      - « Moutarde. »

      Il se prit le visage entre les mains :

      - « Ah c'est pas vrai... »



      - « Je pensais avoir exterminé ces pucerons... Ils ont muté et transmettent des maladies qu'on a du mal à éradiquer. J'ai du rester à la maison ces derniers temps donc je n'ai pas pu m'en occuper comme je le voulais...
      - « C'est dans mes cordes ? Je peux faire quelque chose ?
      - « Tu as deux minutes ? »



      J'ai toute ma vie.



      - « J'entends un espèce de bruit métallique depuis tout à l'heure... Vous faîtes des travaux aussi à l'intérieur ?
      - « Euh... Ah oui ? Euh oui. On refait tout. »



      Une fois arrivés en haut, Lazlo installa deux chaises à une table et ils s'assirent face à face.

      - « Vous en avez encore longtemps pour les travaux ?
      - « 6 mois. Tu verras, les ingénieurs ont fait un super travail. Bon. Alors. Parlons de ces pucerons diaboliques. »


      Ils rirent tous deux et discutèrent à bâtons rompus.



      Au bout d'une demi-heure, Lazlo conclut :

      - « Alors ça te va comme ça ?
      - « Si ça me va ? Mais c'est trop génial ! C'est vraiment super gentil de me faire faire autant de choses... Mais... Vous serez là, quand même ?
      - « Pas autant que je le voudrais. Si tu as besoin, Philippe t'aidera. Et si tu as encore besoin, on se verra. »



       - « Mais vous avez pas peur que... que je fasse des erreurs ?
      - « Tu en feras, forcément, mais juste, réfère-toi à Philippe. Il sait ce que je veux faire, donc il pourra bien t'aiguiller. Et puis honnêtement, je ne connais pas beaucoup d'étudiantes de 3ème année qui auraient décelé la maladie. Donc je ne suis pas inquiet. Mais euh... au fait... Tu as déjà ton prochain stage ou...
      - « Non, pas encore.
      - « Bon, bah tu viens de le décrocher.
      - « Mais j'ai même pas commencé encore !
      - « Oh que si. Julien m'a raconté comment tu t'es occupée des plantes.
      - « Julien ?
      - « Il était à la réception ce matin.
      - « Ah. »

      Le taux d'excitation venait de redescendre drastiquement, et cela n'échappa pas à son interlocuteur. Il sourit avec indulgence et dit :

      - « Il teste beaucoup. Il fait ça à tout le monde. Et crois-moi, tu l'as impressionné... Il paraît que tu es beaucoup plus ordonnée que moi... »

      Lin se mit à rougir, et ressentit encore le picotement qui indiquait qu'elle allait pleurer. C'était inespéré. Elle devait vivre le plus beau jour de sa vie. Jamais elle n'aurait pensé être félicitée par un des frères Lalouche avant... Avant son pot de départ, à 85 ans. Il ne ressemblait tellement pas à ce qu'on disait d'eux !

      - « Alors mademoiselle Muto ? Voulez-vous devenir mon assistante ? »



      Oui, je le veux.




      Des papillons dans le ventre, Lin savourait chaque seconde. La brise chaude, le sourire chaleureux de Lazlo Lalouche, ce grand soleil bleu et... Et ce bruit... Ce bruit métallique qui ressemblait à s'y méprendre... Aux pleurs d'un bébé.









      8 commentaires:

      1. Ah, trop bien d'avoir intégré les Lalouche de Zarbiville ! :D Avec même le bébé alien ^^
        Voilà Lin lancée sur de bons rails visiblement, ça fait plaisir à voir ! :D Je suis convaincu qu'elle a tous les atouts pour réussir :)

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. hi hi merci Mathoo ! Ah bah enfin quelqu'un qui voit les choses du bon coté !! Merci de te réjouir pour Lin. :-D
          Quant au bébé, tu es le seul à y avoir pensé. Alors ? Info ou intox ? XD

          Supprimer
      2. Ils ont encore kidnappé un bébé ? :o

        RépondreSupprimer
      3. c'est où qu'il est le bouton suivant ????

        Encore un bien beau chapitre qui nous emmène encore plus profondément dans les entrailles de cette intrigue ;)

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. Il va pas tarder ;-)

          Merci bien mon ptit Python :-D

          Supprimer
      4. Je relis un peu l'histoire pour me remettre dans le contexte. J'avais oublié cette partie. Lazlo, le vrai ou presque ! La maison des Lalouche. Purée, on s'y croirait. Tu l'as faite noire et verte, à l'intérieur ? Ah non, "on refait tout", a dit Lazlo. Et le bébé -si bébé il y a- n'a pas été enlevé, c'est son père qui l'a été :-)

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. Eh coucou !

          Ah bah tu fais bien de m'y faire penser ici ! Sur le forum j'avais précisé mais j'ai oublié ici : tout l'univers Lalouche (terrain + sims) viennent de chez Foufii :-D Elle a refait un grand nombre de persos sims 2 et comme tu l'as remarqué, elle a beaucoup de talent !
          Quant aux modifications futures, pour le coup je vais tout refaire car même si ça m'a bien fait plaisir de rejouer dedans, leur labo n'est pas DU TOUT fonctionnel ! Donc je vais faire de mon mieux et au pire peut-être demander de l'aide aux créateurs du forum !
          Quant au bébé... XD

          Supprimer

      Pensez à ctrl+C votre commentaire car blogger est capricieux ^^"
      Merci ;)