0.14









La lumière du jour n'allait pas tarder à éclairer cette petite partie du désert.
C'est à ce moment qu'une silhouette foula les marches du perron des Calcuta, plus perdue que jamais.



Lorsque Daniel arriva devant la porte vitrée, il put apercevoir Nitish qui s'était endormi sur le divan, probablement en l'attendant. Le téléviseur fonctionnait toujours.
Il rentra le plus silencieusement possible et se dirigea vers sa chambre.



En s'asseyant à son bureau pour écrire sa lettre, il tomba sur la photo qu'il avait prise cette fameuse après-midi.
Lin. Elle lui manquait affreusement. Il aurait tellement voulu qu'elle soit là et qu'elle le prenne dans ses bras... 
Si seulement il pouvait effacer cette journée...

Mais il ne pouvait pas. Il ouvrit alors son cahier, et se prépara à écrire.



Son poignet trembla alors qu'il allait écrire la première lettre. Il n'avait même pas la force de serrer correctement son crayon.

Allez ressaisis-toi... Tu 'as pas le choix de toute façon...

Il avait retourné le problème toute la nuit, et son départ était la seule solution.
En rentrant dans le bungalow après y avoir été invité par Silvia, il avait vu une pile de papiers et un petit livret sur la table de la pièce principale. En passant à coté, il avait lu « Daniel » sur un post-it accolé sur la première page. Intrigué, il avait regardé : le livret était son livret de famille, où y figuraient le nom Forestier, suivi des prénoms Juan, Dahlia, Daniel puis Silvia. Nadia n'était pas mentionnée. La liasse indiquait qu'il était désormais le seul adulte responsable de sa jeune sœur, suite aux décès de leurs père et mère. L'adolescent s'était trouvé abasourdi. Il venait de croiser son père quelques heures plus tôt ! Bien décidé à lui demander des comptes, il avait patiemment attendu qu'il rentre. Ce qui ne se produisit pas. Une fois Silvia nourrie – avec des céréales – et couchée, il avait imaginé ses possibilités : abandonner l'enfant n'était pas concevable. Ça ne pouvait être que sa sœur, au vu de sa troublante ressemblance avec Nadia. L'amener chez les Calcuta ? Ils affichaient déjà complet. Laisser sa place alors ? Accueillir un enfant ne se résumait pas à un jeu d'encastrement. Avec un bébé en route, il imaginait que ce n'était pas le moment de prendre en charge une petite fille dont on ne connaissait rien. A ce propos, ne risquait-elle pas de leur attirer des ennuis ? Le discours de son père à son sujet était inquiétant. Il y avait beaucoup de zones d'ombres, et il ne voulait pas impliquer cette famille tranquille dans cette sombre histoire.

Non, décidément, il n'avait pas le choix. C'était à lui de s'en occuper.


 




***





L'heure était venue. L'heure était venue de la laisser, de les laisser, tous.
Il haïssait la sensation qu'il ressentait dans tout son corps. Celle qu'il avait ressentie quand on leur avait annoncé que Silvia n'avait pas survécu à l'infection, quand il avait vu sa famille se déliter, mourant à petit feu, quand sa mère lui avait tourné le dos... Combien de fois allait-il sentir son cœur se briser ?

La mâchoire et les poings serrés, des larmes aux coins des yeux, il jeta un dernier regard en direction des escaliers qui menaient à la chambre de sa sœur et fit un pas en avant quand...


 
... Il tomba sur Nitish.
Que pouvait-il lire dans son regard ? De la tristesse ? De l'incompréhension ?... Peut-être. Mais ce qui frappa le plus Daniel, ce fut cette lueur terne de la déception.
Nitish sembla prendre sur lui pour demander :

- « Est-ce-que tu vas bien ? »

Non...

- « Oui. Je suis désolé. Je... Je voulais vous prévenir, mais... Je ne pouvais pas vous expliquer au téléphone.
- « Tu sais qu'il aurait suffi que tu nous dises que tu avais un empêchement, que tu nous expliquerais plus tard, et on t'aurait laisser le temps ? On te fait confiance Daniel. Et toi ? »

L'adolescent déglutit :

- « Je ne peux pas vous expliquer. Moi même je n'y comprend rien. Je ne veux pas vous impliquer là-dedans. C'est à moi de le gérer.
- « Qui te dit que tu dois le faire tout seul ?
- « Moi. Vous avez assez fait pour nous, avec Anjana. Je dois me débrouiller, maintenant.
- « Et qu'est-ce-que ça signifie ? »

La voix de Nitish s'était mise légèrement à trembler.

Un son sourd à l'étage, suivi de pas précipités l'empêchèrent de répondre. Le cœur battant, il ferma les yeux en pestant contre lui-même : il avait perdu du temps.



Nadia apparut en haut des marches, le regard tout d'abord inquiet et ensommeillé, puis plein de joie.

- « Daaaannnn ! T'étais où ?! T'as loupé ta fête ! Tu sauras jamais comment j'étais habillée !
- « Chhhuuuuttt Nad, ne réveille pas tout le monde ! »


Elle dévala quand même les marches avec la légèreté d'un éléphant, et se jeta dans les bras de son frère.



- « J'avais un peu peur quand même ! J'avais peur que tu sois à l’hôpital ou pire ! »

C'est pire.

- « Shhhhhh Nadia... Shhhhhhh... »

Ils se mit doucement à la bercer, et resserra son étreinte. Il la plaqua contre lui de telle manière qu'elle dit :

- « Eh tu m'étouffes ! »

Il plaqua son front contre la tempe de sa sœur, et murmura :

- « Je t'ai laissé une lettre, Nadia. Je ne peux pas encore tout expliquer, mais s'il te plaît, lis-là. Et attends moi. Je reviendrai, quand j'aurai tout réglé. Je t'aime Nadia. De tout mon cœur. Si je fais ça, c'est pour que tu sois à l'abri. Je t'aime. Tu es ma sœur. »



- « Que... Quoi ? »

- « Je pars Nadia. »


D'abord, la stupéfaction.



- « On ne pourra plus se voir pendant un moment, le temps que je règle les choses. »
    Puis la terreur.






    Le souffle court, l'enfant cherchait son air. Tremblante de tout son corps, la panique la pétrifiait. Son pire cauchemar prenait vie, sous ses yeux. On la laissait derrière, encore. Une partie d'elle-même lui était arrachée, encore. Son frère, son meilleur ami, son pilier, son « tout ce qu'elle avait de meilleur » la quittait. Ça, c'était cruellement nouveau.
    Alors que Daniel lui posait un baiser sur le front, elle se jeta sur lui.



    - « T'AS PAS LE DROIT !!! T'AS PAS LE DROIT DE FAIRE CA !!!!! EMMÈNE MOI !!! EMMÈNE MOI !!!! ME LAISSE PAS !!!! ME LAISSE PAS !!! ME LAISSE PAAASSSSSS !!!! »
      Ils se serraient très fort l'un contre l'autre.

      Après quelques minutes, il voulu se relever, mais elle s'agrippa vaille que vaille, le secouant par ses sanglots.
      Il la prit alors dans ses bras et elle entoura sa taille de ses jambes, comme un bambin.
      Il lança un regard implorant à Nitish, qui grimaça d'horreur à ce qui lui était demandé. L'homme ferma les yeux, secoua la tête, et tendit sa main droite, paume vers le ciel.
      Daniel avança alors dans sa direction, et entreprit de se détacher de sa sœur, pour la lui confier.
      La scène était d'une violence inouïe. Nadia ne ménageait pas ses efforts dans sa lutte contre eux et c'était d'autant plus dur qu'elle hurlait à pleins poumons.

      Une fois dégagé, l'adolescent se dirigea sans traîner vers la porte d'entrée.



      L'enfant se tortilla violemment pour se dégager de l'emprise de Nitish et retomba sur ses pieds, bien décidée à suivre son frère. Mais l'homme posait une main lourde sur son épaule gauche, l'empêchant d'avancer. Elle hurla à nouveau et se jeta en avant.



       Entravée, elle chuta et se heurta violemment le menton contre le parquet. Elle releva la tête juste ce qu'il faut pour voir les pieds de Daniel quitter la maison. La porte se referma, et elle reçut cela comme la plus brutale des gifles.
      Impuissante, un gout de sang dans la bouche, elle laissa échapper toute sa colère, sa tristesse et sa frustration dans un cri :

      - « DDAAAAAANNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!!!!! »









      4 commentaires:

      1. Ah ouais quand même. Je reconnais bien là Daniel avec sa droiture et son sens du devoir. M'enfin quand même, ça va faire un sacré choc à Nadia ! Et de voir qu'elle n'est même pas mentionnée par ses parents ! C'est dur. Mais c'est aussi louche. Moi je dis que ça cache quelque chose. Parano, moi ? A peine ! :D

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. En même temps, quelqu'un qui ne trouverait pas ça louche vivrait dans un monde de paillettes et de poneys arc-en-ciels ^^"

          Supprimer
      2. RAAaaahhh !! ... Mais que s'est il passé dans cette famille ?? ... J'ai le Coeur en morceaux, la scène est d'une telle violence... :/ Bon, allez je vais vite lire la suite... :)

        RépondreSupprimer