13.



- "Bon, Lorenzo, qu'est-ce-qui ne va pas ?
- "Rien...
- "Tu sais, autant avant, tu pouvais me berner, mais là, c'est fini ! Je lis en toi comme dans un livre ouvert.
- "Vous l'auriez pas pris à l'envers, des fois ?"

Gne gne gne...

Ding dong !

- "C'est qui ?
- "Une surprise."




Eh ben oui, je suis intervenue, voilà ! J'avoue ! J'en pouvais plus d'attendre que l'amour vienne à lui de lui-même. L'amour, j'lai attrapé par le caleçon la culotte et je l'ai mis devant sa porte. Na!

Bon en vrai je lui ai passé un coup de téléphone.





Alors non, je ne me suis pas trompée d'image, c'est juste que avant l'amour, y'a les factures.

Comment ça "Bel état d'esprit ?"

Imaginez un peu le tableau : des papillons dans le ventre, des battements de cils, un rapprochement sur le canapé et PAF! Tout qui s'éteint ! 

Nan nan cherchez pas, le "coup de la panne", ça marche pas dans ce cas-là.





Une fois sûrs qu'on se verra toujours à la fin de la soirée, on peut se concentrer.

... Mais euh... Il va rester là comme ça ce nigaud ?

--" Pauvre de moi...

Alors d'habitude, ils gigotent tellement qu'en une demi-heure ils sont capable de faire le tour du pâté de maison, et là, allons savoir pourquoi, il reste en bas à se tordre le cou pour la regarder dans les yeux plutôt que de parler à ses chaussettes. Et elle, la pauvre ! Elle se tortille tellement le popotin à faire ses poses suggestives que demain, c'est le lumbago assuré !





La tête sur le clavier, je ne le vois pas revenir.

- "OOOOOHHHHH mais quoi encore Lorenzo !
- "Je suis fatigué, tiens !" Qu'il me dit d'un air léger.
- "Qu'est-ce-qui allait pas cette fois ?
- "... Bon... Vous allez me harceler de toute façon... Elle ne m'a parlé que de nourriture et des défauts de ses copines. Marie en tête."

Hop, un petit tour chez Caroline / Miss Pipi (pour ceux qui suivent pas) dans le panneau des relations... Ah ! Méchante et Gloutonne ! Bon ! 

- "C'est vrai que ça fait beaucoup pour une seule personne... Bis... Parce-que méchante et malveillante...
- "Bon, je peux aller me coucher ?
- "Ouais... Et repose-toi bien. Ah au fait, Léonor a cassé la télé.
- "De toute façon elle casse tout... Surtout les pieds" Qu'il me dit en se dépêchant de fermer la porte de sa chambre.

Gne gne gne





Le lendemain, chose promise, chose due ! 

Comment ça c'est pas interessant... ? Mais attendeeeezzzz... J'ai un plan...




Je vais le rendre enjôleur en lui faisant regarder la chaîne romantique !

Et alors là, l'Amour va rappliquer vite fait bien fait !





...





Bon ! Si on avait des doutes quant au fait que Lorenzo soit un garçon... Blasé, qu'il était ! Franchement, j'aurais mieux fait de lui faire prendre une douche euh... Je sais plus comment ça s'appelle. La douche qui rend enjôleur, quoi. Pourquoi ?





Parce-que... --"

Et... Oh my god... Le look... Finalement, Marie était gentille en ne critiquant que les chaussures... ^^




Allons allons... Des vêtements, ça se change. C'est plus facile que le caractère. Alors fermons les yeux et écoutons ce qu'elle a à dire.

Enfin... Gardes-en au moins un ouvert Lorenzo...





Euh... Change de tête je t'en supplie...





Oh la la... Catastrophe... J'ai pas emmené Léonor, mais j'aurais mieux fait ! Sans elle, il se croit tout permis ! En plus j'comprends rien...





C'est pas un regard d'amour ça... 





Ah bah Malcolm Plènozas vient rajouter un peu de romantisme... Ah non, il se moque.

Du balai ! On drague ici. Enfin... J'essaie... --"




De mieux en mieux...





Et c'est parti pour le feu d'artifice de la goujaterie !





Claquement sec d'un livre qui se ferme.

- "...
- "...
- "...
- "A demain...?
- "..."





Le lendemain, je cuve encore ma déception. Je l'emmène à la salle de sport de dépit, et là, voilà notre fugueuse qui revient d'on ne sait où.
Ni une ni deux, je fais des grands signes très discrets à Lorenzo en sa direction, qui a l'air d'avoir du mal à se débarrasser du mec qui lui tient la jambe.
Las de courir après les filles, je lui force un peu la main pour qu'il l'invite chez lui, histoire que personne ne vienne se mettre entre eux quand ils voudront se faire un bisou.

Optimiste ? Moi ?





Mais Dina Caliente ne fait pas ce qu'on lui dit. C'est elle qui décide. Elle va d'abord aux toilettes (merci du cadeau)...





... Puis sort les poubelles (merci du cadeau mais cette fois je le pense)...





... Avant de venir s'asseoir. Ca se voit pas, mais elle est BLAS-EE ! Elle en a rien à faire de ce qu'il lui dit, rien est assez impressionnant.





A un moment, ils sont quand même hautain au même moment, mais ça ne dure pas, elle a exactement la même attitude que lui avec Léa la veille. Ca lui fera les pieds, tiens !




En parlant de Léa, dès que son altesse Dina a passé la porte, j'appelle Léa. Après tout, il faut qu'elles soient toutes dans les mêmes conditions !
Elle a pas l'air ravi ravi...
- "Allez, je vous laisse, vous avez certainement des choses à vous dire...
- "J'ai pas l'impression que ça l’intéressait beaucoup hier..." Dit Léa, un peu vexée.
- "Mais il était fatigué hier, hein Lorenzo ?
- "Oui... ?
- "Allez... je vous laisse."





- "Euh... Vous pouvez nous laisser un peu plus loin ?"

Roooo... Mais j'entends rien moi sinon !





 MAIS...!!!
- "Beh quoi ?
- "Mais Lorenzo...
- "Mais je suis juste assis !"

Ah... C'est bizarre ça... Pas de mode "embarrassé"...

Bon, je les renvois ailleurs parce-que les toilettes/SdB, c'est pas... C'est pas l'endroit quoi !





Ah, il lui parle.




Ah, ELLE lui parle... Bon... Je crois que c'est mort. Allez, "au revoir".

Ok Lorenzo, tu me cherches, tu vas me trouver.

2 commentaires:

  1. Mais quel boulet! C'est pas possible d'être aussi obtus! S'il continu, il va finir seul et sans dents! Pauvres filles! Au moins Dina lui rend la monnaie de sa pièce. Mais pourquoi les hommes sont-ils tous accrocs aux nanas qui en ont rien à faire alors que les autres elle sont invisibles?

    RépondreSupprimer
  2. Ha-ha-ha ! Quel tombeur, celui-là !

    RépondreSupprimer